Football | Les notes FFL de Ukraine – France


Après la purge subie face à la Bosnie mercredi, les Français se devaient de montrer un autre visage face à l’Ukraine. Mais c’étais sans connaître l’entêtement légendaire de la Dèche. Les notes FFL de la rencontre.

Publicité

 

Lloris – 7

Jamais un gardien n’a pu arrêter une frappe d’un joueur adverse après un duel manqué par son attaquant. Elle file toujours dans la lulu. Juste pour bien mettre le seum.

Publicité

Dubois – Digne – 6

Rien qu’à la vue de ces deux monstres sacrés du poste de latéral, on évalue l’ampleur de la difficulté de Deschamps pour composer son onze de départ. À deux doigts de rappeler la paire Sagna – Clichy.

 

Zouma – 9

Toujours aussi technique dans ses relances. Varane a du soucis à se faire. (non)

 

Kimpembe – 8

Sans qui la mine de Shaparenko n’aurait jamais vu le jour. Un des rares à avoir conservé son niveau de cet Euro.

 

Dans le même genre de Lose :   Olympique de Marseille 2021 | Le Tour du monde de la Lose en 67 jours

Pogba – 7

Une passe laser qui efface six Ukrainiens. Mais manque de bol pour la Pioche, ça tombe sur Martial. Une passe décisive en moins. Que ce soit en club ou en sélection, le gars le suit comme son ombre pour lui ruiner ses stats.

 

Tchouaméni – 2

Un peu trop à l’aise pour sa toute première titularisation avec les Bleus. On attendait plus de fébrilité de sa part. Du pain sur la planche.

 

Rabiot – 1

A donné sa coupe de cheveux à la science sur l’ouverture du score de Martial. Après avoir accepté de ne pas jouer uniquement sur la pointe gauche d’un milieu à 3, jusqu’où ira son sacrifice sous le maillot des Bleus ?

 

Griezmann – 6

75 kilomètres parcourus. Meilleur brasseur d’air de l’Équipe de France.

 

Diaby – 9

Il y a cru. On y a cru. La France entière y a cru. Mais comme Gignac, son heure de gloire s’est heurtée à un poteau.

 

Martial– 8

Un véritable renard des surfaces dans le sang. On n’avait plus vu un tel serial killer en Équipe de France depuis Stéphane Guivarc’h.

Bien sûr, il fallait qu’il nous contredise. Par un but de renard bien évidemment.

Shaparenko – 10

Premier poteau Shaparenkooooooooo.