“Pourquoi recruter Zidane alors que nous avons Tim Sherwood ?”


Jack Walker

Si on vous dit Zinédine Zidane et Blackburn Rovers, vous allez vous demander quelle moquette nous avons bien pu fumer. Pourtant, ce tandem magique a bien failli voir le jour en 1995. Avant que le président du club anglais ne fasse parler son talent de visionnaire.

Au terme de la saison 1994-1995, les Girondins de Bordeaux ont le sentiment du devoir accompli. Une 7e place en championnat, et une élimination en seizièmes de finale de la Coupe UEFA contre l’immense club polonais Katowice. Bref, les ingrédients d’une saison parfaite. L’exploit est d’autant plus grand que les Bordelais comptent dans leurs rangs des joueurs à fort potentiel, tels que Lizarazu, Dugarry ou bien encore un certain Zinédine Zidane.

Publicité

Ce dernier, âgé de 23 ans, sort d’une saison prometteuse. Huit buts et six passes décisives en 46 rencontres, cela interpelle certains clubs mais pas encore les cadors européens. Toutefois, l’intersaison va s’avérer totalement folle.

À lire aussi :   Coupe du Monde 2006 | Zidane, une sortie sur un coup de tête.

Blackburn dit non à Zidane

Parmi les prétendants de Zizou, un club à qui tout sourit à l’époque : Blackburn. Tout juste titrée en Premier League, l’équipe d’Alan Shearer est à la recherche d’un milieu créateur. Autant dire que Zidane a plus ou moins le profil idéal. En interne, le nouveau coach Ray Harford est totalement conquis par le joueur français. À tel point qu’il commence à paraître pour un forceur dans son club, en faisant tout pour organiser la venue de Zizou. Le gros lourd de la compta que vous voulez fuir dans les couloirs.

“Je me souviens être allé voir Zidane et lui avoir conseillé de venir ici” R. Harford

Mais dans ce club du nord-ouest de l’Angleterre, on goûte peu aux passements de jambe et aux roulettes de Zidane. On préfère la finition froide d’un Shearer, ou bien encore la rudesse de Tim Sherwood, milieu défensif et capitaine de l’équipe. Et l’actionnaire du club, Jack Walker, partage totalement cette vision. Ce qui va lui faire dire l’une des plus belles déclarations du XXe siècle. Visionnaire.

“Pourquoi recruter Zidane alors que nous avons Tim Sherwood ?” J. Walker

Autant vous dire que face à cet argument, le débat est plié. Et pour les plus sceptiques d’entre vous, il va falloir reconnaître que Jack Walker est un actionnaire hors pair ; Blackburn est relégué en 1999. Les faits parlent d’eux-mêmes.

Publicité

Quant à Tim Sherwood, Jack Walker ne pensait pas si bien dire. Le milieu anglais a porté à trois reprises le maillot de la sélection anglaise, et a remporté le championnat de deuxième division avec Portsmouth en 2003. Loin de lui le Ballon d’or, les Ligues des Champions et toutes ces broutilles.

Encore moins le doublé de la tête contre le Brésil en finale de la Coupe du monde. La définition du joueur parfait en somme.

À lire aussi :   Football 2010 | Marcos Tébar, l'homme qui valait 100 euros