FC Nantes | Les grands moments de la conférence de presse d’Antoine Kombouaré


La guerre est lancée. Las de voir l’Olympique de Marseille prendre le large pour les FFL d’Or 2021 (et pourtant, nous ne sommes que début février), le FC Nantes a mis les petits plats dans les grands. Licenciement de Raymond Domenech en plein match, alors que celui-ci donnait des consignes depuis son Ibis Budget pour cause de test Covid semi-positif, le board Nantais avait déjà recruté Antoine Kombouaré et préparé les valises du finaliste de la Coupe du Monde 2006.

Bref, le groupe vit super bien. Défaite 4-2 face à Lens et un bilan comptable de Ray’ exceptionnel. 2 points en 8 matchs. Alors, un peu connaisseur du potentiel d’Antoine Kombouaré (Et son fameux « j’ai regardé jour de foot » pour dire qu’il a un peu suivi la ligue 1, nous nous sommes penchés sur sa conférence de presse ce midi). Et on a bien eu raison.

Publicité

Une entame en Kita Circus.

Cette fois-ci, il ne feront pas comme avec Domenech, Antoine Kombouaré n’ira pas se présenter seul face aux journalistes. Accompagné par Franck Kita – Fils de — il aura le loisir d’expliquer son projet avec l’appui d’un dirigeant. Et l’introduction de Franck Kita, c’est un peu la mise en bouche, la salade de bienvenue au Buffalo Grill. On commence par une introduction dithyrambique du 18e coach du FC Nantes de l’ère Kita.

Nous pensons que Antoine a le profil parfait pour répondre présent à cette mission.

Problème, même le Antoine en question ne semble pas convaincu par les louanges. Une humilité sans failles.

S’en suit un grand classique du défaussage, en mettant en avant le mal que fait le Covid et les gens qui souffrent pour mettre en second plan la situation lunaire du club. Mais, quand les questions reviennent à la charge par rapport à la fronde des supporters (qui ne date pas de cette saison), Franck Kita ne prend pas de pincettes pour bien faire comprendre qu’il n’en a rien à carrer.

Publicité

Je ne suis à l’écoute de rien du tout, c’est notre club, on l’aime. Tout ce qu’il se passe à l’extérieur, je m’en moque totalement.

Par contre, on ne sera pas d’accord évidemment avec cette notion-là :

Le plaisir, on ne le prend que quand on gagne

Bref, sur un point de vue direction – supporter, nous ne sommes pas certains que l’eau ait été mise dans le vin.

Dans le même genre de Lose :   Quiz Football | L'effectif du PSG lors du dernier match de Pochettino à Paris

Le Kombouaré Show

Mais place maintenant à Antoine Kombouaré. Qualité première : la sincérité. Mais c’est aussi son premier défaut quand il s’agit de venir en conférence de presse. Elle commence sur les chapeaux de roue. Le visionnage des matchs ? Un oui qui veut dire non. L’effectif ? Connait pas. Bref, il est clairement venu les mains dans les poches avec un projet de jeu inexistant. Le génie.

Mais, contrairement à bien de ses prédécesseurs, Antoine n’est pas un inconnu à la Jonelière, il a passé 7 ans sous les couleurs des canaris. Bref, son retour est certainement pour lui un choix du cœur qui doit bien dater de longtemps. Ah non en fait, pas du tout.

Quand on vous dit qu’il est une personne d’une sincérité rare. La suite sera un tacle aussi sec que celui qu’il envoyait en temps que défenseur central.

« Ils sont mauvais. Ils savent qu’ils sont mauvais […] s’ils ont eu 3 entraîneurs cette saison ils savent qu’ils sont responsables. »

Pardonnez-nous, supporters de l’Olympique de Marseille, mais il semble bien que le FC Nantes ait repris sa place de leader dans la course aux FFL D’Or. Cependant, rien n’est encore perdu. D’ailleurs, Raymond Domenech est libre sur le marché des entraîneurs. On dit ça, on ne dit rien.