F2 | Le titre inacceptable de Théo Pourchaire


Théo Pourchaire

Alors que nous nous réjouissons qu’aucun Français ne figure dans le Top 10 du classement des pilotes en Formule 1, l’antichambre de cette dernière nous assène une gifle monumentale. Pas merci Théo Pourchaire.

La Formule 1 vient de tirer son rideau, et tout le monde ne parle que de la saison incroyable de Max Verstappen. Mais un événement est survenu à Abu Dhabi, presque dans l’anonymat le plus total ; le titre en F2 de Théo Pourchaire. Un affront que nous ne pouvions pas laisser passer sans en parler.

Publicité

À lire aussi :   Formule 2 | Le dépassement millimétré de Théo Pourchaire

Théo Pourchaire, la FFL t’a dans le viseur

Jusqu’au 25 novembre 2023, Théo Pourchaire en sports mécaniques, c’était :

  • 2e de F3.
  • 5e de F2.
  • 2e de F2.

Bref, un parcours quasi parfait jusque-là. Mais cette saison, la dynamique va être tout autre pour le Grassois. Et dès la première course de l’année, on s’en rend très vite compte. Théo s’impose à Bahreïn, mais ce qu’il ne sait pas encore, c’est que ce sera sa première… et dernière victoire de la saison.

Au cours de l’exercice, le Grassois enchaîne pas moins de 10 podiums, et arrive en tête avant la dernière course. Va-t-on assister au remake de 2010, quand Alonso arrivait en tête avec Ferrari, pour finalement se faire coiffer sur le poteau ? Ou revoir le duel entre Hamilton et Verstappen en 2021 ? Aucun des deux.

Au terme de la course sprint, l’écart se réduit à 17 points avec Frederik Vesti, son concurrent direct pour le titre de champion. Il ne reste alors plus qu’une course pour permettre au Danois de doucher les espoirs du Français. C’est la FFL qui se met à espérer, un comble.

Publicité

Art Grand Prix, l’anti-Alpine

Même si Vesti termine sur le podium de la course, Pourchaire finit 5e et remporte le titre de champion de F2 pour 11 petits points. La déculottée est salée. Avec seulement une victoire sur la saison, Théo remporte le sacre. Un titre digne de Cadel Evans. Toujours placé, presque jamais vainqueur.

C’est la première fois depuis 2016, et Pierre Gasly, qu’un Français est champion de F2. En espérant que son destin ne soit pas le même à Monza.

Malgré cette terrible nouvelle, nous en avons deux bien meilleures à nous mettre sous la dent. La première ; Théo Pourchaire ne pourra pas défendre son titre de champion. La seconde ; il n’est pas près de nous menacer en Formule 1. Aucun baquet ne l’attend la saison prochaine. Ouf.

Et comme si cela ne suffisait pas à notre malheur, son coéquipier Victor Martins est champion rookie, et l’écurie ART Grand Prix remporte le titre des constructeurs. C’est ce qu’on appelle faire la totale.

À lire aussi :   GP d’Australie | La course de zinzin des pilotes de F2
Tom