F1 | Les notes FFL du Grand Prix du Brésil


George Russell

Ce week-end a été éprouvant. Mais la plus grande victime est sans aucun doute la Fédération Anglaise de la Lose. Un 20e pilote anglais vient de remporter une course de Formule 1. Les mots sont lourds de sens.

Publicité

Formule 1 — GP du Brésil — Les Notes

Alfa Roméo

Valtteri Bottas : 5

S’il se voyait terminer 5e, le restart à 15 tours de l’arrivée a foutu en l’air tous ses plans. Quatre places de perdues en 15 tours, un joli ratio.

Guanyu Zhou : 7

Une nouvelle fois englué dans le ventre mou du classement, fidèle à lui-même.

Alpine

Esteban Ocon : 7

Le Français partait 6e lors de la course sprint, a terminé 18e avec la voiture en feu. Bloody Saturday.

Publicité

Pour une fois en course, ce n’est pas Esteban qui a profité de la sortie de la voiture de sécurité. Ces points de la 8e place vont toutefois peser très (trop?) lourd dans la balance face à McLaren au classement des constructeurs.

Fernando Alonso : 4

Comme pour Esteban, le week-end a parfaitement commencé pour l’Espagnol lors de la course sprint. Une presqu’sortie de route et un accrochage sur son coéquipier, le tout dans le seul premier tour. El Plan.

Pour ce qui est de la course, le cauchemar a pris forme. Parti 18e, l’Espagnol a montré qu’il n’était pas simplement un dynamiteur d’équipe, mais aussi un as du volant. Bon vent à Aston Martin la saison prochaine.

AlphaTauri

Pierre Gasly : 7

Une 12e place finale, histoire de préparer de la meilleure des manières sa collaboration avec Alpine l’année prochaine.

Yuki Tsunoda : 9

Lors de la relance, Yuki a certainement dû se demander ce qu’il pouvait bien faire entre Sergio Perez et Carlos Sainz, alors qu’il était le dernier de la course. Le Japonais a su garder son sang-froid, et terminer derrière Latifi à la régulière. Un exploit.

Aston Martin

Sebastian Vettel : 5

Dès la course sprint, Vettel a compris que ce week-end serait plutôt délicat. Contraint de faire de la F1-cross pour doubler Stroll, Vettel a aussi été l’un des grands perdants lors de la course. L’arrivée de la voiture de sécurité lui a coûté des points au profit de… Lance Stroll. Dur.

Lance Stroll : 8

Coéquipier ou pas, Lance Stroll sait se faire respecter sur un circuit. Sa tactique ? Rester au milieu de la piste et tasser son concurrent dans l’herbe. Imparable.

Ferrari

Charles Leclerc : 6

Dès les qualifs, Ferrari a décidé de faire vivre un week-end de rêve à Charles Leclerc. Tandis que 9 pilotes chaussent des pneus tendres en Q3, Ferrari choisit de chausser des pneus intermédiaires au Monégasque. Un coup de génie quand vous ajoutez à cela un oubli des pneus en question.

En course, Leclerc pense sortir la tête de l’eau, avant de se faire percuter par Norris en dehors de la piste. Après tant d’efforts pour remonter, cela valait bien une place en chocolat : 4e.

Carlos Sainz : 4

Alors qu’il s’apprêtait à signer un podium, Carlos a cru comprendre qu’il devait céder sa place à Leclerc pour lui permettre d’assurer sa 2e position au classement des pilotes. Les fans de Sainz ne sont pas passés loin de faire un malaise.

Haas

Kevin Magnussen : 1

Incontestablement le héros de ce week-end. Pour la première fois de sa carrière, le Danois a dominé la Q3. Grâce à un drapeau rouge, certes, mais cela appartient à l’histoire désormais.

En ce qui concerne la course, Magnussen n’a même pas pu faire un tour. Ricciardo traînait par là.

Mick Schumacher : 9

Alors qu’il doit tout faire pour espérer un contrat la saison prochaine (si ce n’est pas déjà plié), Mick a eu une idée de génie. Se qualifier en 20e position quand son coéquipier claquait la pole. Histoire de mettre toutes les chances de son côté.

McLaren

Daniel Ricciardo : 8

Ce week-end, l’Australien n’a pas soigné son arrivée en débarquant sur un cheval. Mais il a soigné sa sortie en brisant la course de Magnussen, et le cœur des néo-supporters du Danois l’instant d’un week-end.

Lando Norris : 7

L’espoir a frappé tragiquement McLaren ce week-end. Alors que l’écurie de Woking était revenue à 5 points d’Alpine après la course sprint, l’abandon de Norris a non seulement permis à McLaren d’obtenir un zéro pointé, mais aussi à Alonso de se hisser 5e. Il ne reste plus qu’une course, et 19 points sont à remonter. Well done.

Mercedes

Lewis Hamilton : 2

Le nouveau citoyen brésilien pilotait à domicile ce week-end. Bien sûr, Max Verstappen était là pour lui faire vivre un cauchemar. Peut-être aurait-il remporté cette course sans ce premier incident ? Nul ne le sait, mais le penser renforcera le seum de Lewis.

George Russell : 0

Que dire. Mister Consistency n’est plus. Si le top 5 sans victoire était son dada, George a abandonné ses valeurs au Brésil. Un succès d’autant plus mérité, ce qui nous déçoit encore davantage.

Red Bull

Verstappen : 9

Un accrochage dans le premier tour, et une place non rendue à Perez lors du dernier. Max était en mode “rien à foutre” aujourd’hui.

Checo Perez : 7

Perez a compris que Verstappen n’était pas son copaing. La vérité a éclaté au grand jour pour Checo. Curieux de voir qu’il l’ignorait alors que l’humanité entière était au courant.

Williams

Nicholas Latifi : 1

LATIFI N’A PAS FINI DERNIER. CECI N’EST PAS UN EXERCICE, LATIFI N’A PAS FINI DERNIER.

Alexander Albon : 4

Albon a frôlé la correctionnelle aujourd’hui : terminer derrière Latifi. Il s’en est fallu d’une seule place.