Coupe du monde 2022 | Les notes de France – Pologne


Olivier Giroud

Les Bleus étaient largement favoris de ces huitièmes de finale. Malgré la pression mise par la Pologne à partir de la 94e minute, l’équipe de France rejoint les quarts. Rude.

Publicité

Lloris – 6

Si Lloris égalise Thuram au nombre de sélections (142), il faut dire que la sérénité n’était pas au rendez-vous aujourd’hui. Une passe dans les pieds d’Upamecano dans la surface alors que ce dernier était pressé par Lewandowski, une relance foirée qui l’oblige à réaliser un arrêt décisif sur sa ligne. Mais bon, même là, nous avons notre propre vision des choses.

Sans oublier ce merveilleux ballon relâché juste avant la mi-temps à la réception d’un corner. Bref, un Hugo sur les pas de la finale du Mondial 2018.

Publicité

Même son pénalty arrêté dans le temps additionnel a dû être retiré. La chatte à Hugo, c’est un tout autre concept que celle de DD quand on y pense.

Koundé – 7

Dès la première minute de jeu, son match a basculé quand la caméra a fait un gros plan sur sa chaîne autour du cou. Suffisant pour que nous constituions un dossier pour réclamer une défaite sur tapis vert ? Bien évidemment.

Varane – 2

Très discret durant le match, Varane ne s’est pas privé pour cadenasser Lewandowski. Avec en prime, un sauvetage sur sa ligne. Encore un joueur qui ne parvient pas à reproduire les mêmes performances en club qu’en sélection.

Upamecano – 5

Une prestation correcte jusqu’à cette main à la 95e minute. Si dans un monde normal, tous les Bleus devraient passer une bonne soirée, Dayot sait qu’il va avoir droit à son face-à-face avec DD avant d’aller se coucher.

T.Hernandez – 3

Quel enfer ce couloir gauche pour tous les adversaires des Bleus. A-t-on déjà vu un couloir aussi rapide dans l’histoire de l’équipe de France ? Hormis la paire Givet – Rothen bien sûr.

Rabiot – 2

Ce n’est désormais plus une surprise de voir Rabiot saboter tous nos matchs dans l’entrejeu. Contre-pressing infernal, 3 duels remportés sur 2, vision du jeu parfaite. Qu’elle était belle cette époque où Adrien refusait l’équipe de France.

Griezmann – 3

Capable de se trouver dans les deux surfaces de réparation dans la même action. Le handball français a Nikola Karabatic, le football tricolore possède désormais Griezmann.

Mbappé – 0

Face à la vitesse supersonique de Matty Cash, Mbappé a dû lâcher les chevaux pour déborder le Polonais. Mais on en connaît une pour qui cet excès de vitesse ne va pas plaire du tout. Hâte de savoir quelle vignette héritera désormais Kiki.

On ne s’attardera pas très longtemps sur le 5e but du Mondial de Mbappé. Ni même sur sa 33e réalisation avec les Bleus, dépassant Zizou. Laissez-nous le temps de digérer.

Giroud – 1

Avec Olivier aujourd’hui, cela a été une succession de montagnes russes. Dans un premier temps, Giroud décide de nous attendrir avec un loupé pas loin d’être le plus beau de ce début de Mondial. À 50 centimètres de la ligne tout de même.


Mais voilà, le Giroud de l’édition 2018 n’est plus. Oubliez sa Coupe du monde à zéro but TTC, Gigi est désormais décisif devant le but dans un Mondial. Triste époque.

Ajoutez à cela le record battu de Thierry Henry, et vous obtenez une journée à marquer d’une pierre noire.

Szczęsny – 8

Intervention impériale sur le premier but de Mbappé. Pas certain que Bernard Lama soit jaloux de la détente de ce bougre Wojciech Szczęsny.

Le Polonais a plus de facilité pour arrêter un pénalty qu’un tir en dehors de la surface.

Lewandowki – 6

Cette élimination en huitièmes est-elle synonyme de nouvelle désillusion au Ballon d’or pour Lewandowski ? Bien sûr que oui.

Et il ne pouvait pas en être autrement avec son pénalty immonde.

À lire aussi :   Les notes de France - Tunisie
Tom