Coupe Davis – Grosse ambiance et petite lose


Coupe Davis
"Tu es libre Benoît, veinard".

Quel succès que cette nouvelle version de la Coupe Davis. Dans une ambiance digne des Chiffres et des Lettres, la France s’est inclinée en phase de Poule de la “Coupe du monde de Tennis / Coupe Davis new Gen”. Retour sur une compétition dont on n’a pas compris grand chose à part que, là aussi, nos Français sont capables de contre-performer.


Qu’il est loin le temps de nos beaux souvenirs de Paris-Bercy 2002 ou de ceux du Stade Pierre Mauroy en 2014 ou 2018. On losait, mais il y avait une sacrée ambiance et un truc en plus. A Madrid cette année, le nouveau format de la Coupe Davis, validé par notre fédération dans un climat pas du tout tendu, laissera un goût amer. Hymnes dans une salle vide, doubles forfaits par calcul, fin de match à 4h du matin… la préparation de la compétition semble avoir été faite complètement à l’arrache. Pour le scénario, une lose française à la fin mais sans gloire, sans passion, sans rien quoi. Fadasse. Pour le clan Français, composé de Monfils, Tsonga, Paire et du double Mahut/Herbert, la découverte de ce nouveau format ne laissera pas de gros souvenirs. Allez si, peut être 2 loses à sortir du lot.

En premier lieu, la défaite de Gaël Monfils face à l’ogre nippon Yoshihito Nishioka 7-5 6-2. Clairement, ce match sent le besoin de repos tant il semblait hors du coup. Il déclarera d’ailleurs après le match “qu’un break lui fera le plus grand bien“. Difficile à comprendre, lui qui vient d’en prendre 5 par Nishioka…

Publicité

Et en second lieu, une très belle défaite de Tsonga face à Filip Krajinović 7-5 7-6. Le serbe a dominé le manceau de la tête et des épaules pour laisser à la France une unique chance de qualification : Une victoire de Paire sur Djokovic. Evidemment, ça n’est pas arrivé, mais nous avons pu au moins voir un match plutôt sympatique à regarder. Et il fallait bien ça pour ne pas s’endormir devant l’ambiance type Louis II de Madrid.

Une phase de poule et puis s’en va. Difficile cependant d’en vouloir aux tricolores après une longue saison de ne pas se donner dans un tournoi qui, pour sa première version dans la nouvelle formule, n’a pas convaincu grand monde, que ce soit au niveau des joueurs ou, surtout, des supporters.

Coupe Davis – Grosse ambiance et petite lose