Challenge Cup | Le presqu’essai de la LOU-se de Davit Niniashvili


Hier soir, c’était un évènement dont la FFL se serait bien passée. Une finale de la Challenge Cup franco-française, entre Lyon et Toulon. Si bien évidemment le boycott est irréfutable de notre part, il a fallu revenir quelques secondes tout de même sur un geste d’anthologie de la part de Davit Niniashvili.

Une finale presque parfaite.

Tout commence bien pour le LOU. Baptiste Couilloud profite d’une offrande de Parisse à Taufa pour aller aplatir. Comme tout bon professionnel, il aplatit bien avant la ligne et avant de se faire tamponner de manière amicale. Ça ne paraît pas comme ça, mais tout le monde n’y pense pas toujours. Nous verrons ça bientôt.

Publicité

 

Car si le match va être à sens unique pour Lyon, c’est aussi d’eux que viendront les plus beaux gestes du match. Dont un tout à fait FFL-compatible de Davit Niniashvili.

Le presqu’essai de Davit Niniashvili

La sirène de la fin de la Première période sonne à peine que Baptiste Couilloud joue vite une pénalité. Avec panache, il prend à revers l’ensemble de la défense toulonnaise pour offrir une offrande à Davit Niniashvili. Le Géorgien de 19 ans fait la classique, je remonte vers les poteaux pour aller aplatir, le tout sans grosse pression toulonnaise.

Publicité

Sauf que pour une raison inexpliquée, le Géorgien laisse traîner ce qu’il faut la patte gauche pour arracher l’essai annulé. Un geste de grande classe qui sera sans conséquence pour son équipe.

D’ailleurs, Davit Niniashvili fera un autre geste de haute volée. Soulever Eben Etzebeth comme un sac de patates, et revenir se faire Kolbe derrière. Comme quoi, même après une grosse lose on peut inverser la tendance.

En tout cas, il faut rendre à César ce qui appartient à César. Lyon s’impose et remporte son premier titre européen. La vision de Jean-Michel Aulas n’était pas si foireuse que ça.