C1 – PSG Manchester City | La FFL reprend le contrôle.


PSG Manchester City Gueye
Paris Saint-Germain's Neymar appeals during the UEFA Champions League Semi Final, first leg, at the Parc des Princes in Paris, France. Picture date: Wednesday April 28, 2021. Photo by Icon Sport - Parc des Princes - Paris (France)

Pochettino – Guardiola, Neymar – De Bruyne, Bakker – Mahrez. Les duels de ce soir étaient tous alléchants. Et sans surprise, le PSG s’est octroyé le droit de plonger dans une crise mémorable en attendant le match retour.

Il y a cinq ans lors des quarts de finale de la Ligue des Champions, le PSG et Manchester City s’affrontaient pour ce qui allait devenir l’apogée tactique de la carrière de Laurent Blanc. Après un match nul 2-2 au Parc des Princes, le « Président » avait cru bon d’innover en laissant de côté son fameux 4-3-3 pour un 3-5-2 dont les joueurs de l’époque cherchent encore aujourd’hui les réponses. Résultat ? Une défaite 1-0 et la malédiction des quarts qui se poursuit solidement.

Publicité


Mais depuis, de l’eau est passée sous les ponts de la Seine. Finaliste la saison dernière, le PSG fait désormais figure de favori de la compétition. Et ça, visiblement, Pochettino s’en tape royalement.

« Après quelques mois, je ne connais toujours pas mon équipe type » M. Pochettino

Le ton tranche radicalement du côté de Pep.

« L’objectif est d’aller au Parc pour gagner » P. Guardiola

En même temps, pas difficile d’afficher pareille confiance quand tu sais que ton couloir Walker – Mahrez va fondre sur Mitchel Bakker.

Publicité

Le résumé du match PSG – City

Si l’ensemble des acteurs paraissent timides lors de l’entame du match, Mitchel Bakker n’attend pas pour donner directement le ton : passe en touche qui oblige Mbappé à désarticuler son corps pour éviter que le ballon sorte, un petit pont subi par Bernardo Silva et une couverture précise des attaquants Citizens en phase défensive. Mais comme trop souvent cette saison, il y en a toujours un pour aider l’autre au PSG. Sur un corner brossé de Di Maria, Marquinhos vient couper le ballon de la tête. Filet opposé. 1-0.Nous ne nous éterniserons pas plus longtemps.

En face des Parisiens, le City de Pep se rapproche davantage à celui de Génésio que Guardiola. Et on se demande encore comment le PSG n’a pas corsé le score. Quoique si, on le sait que trop bien. Sur une percée de Florenzi dans la surface, Neymar s’apprête à tenter une frappe à la réception. Mais c’était sans compter l’Italien qui, pris dans son élan, découpe sèchement Ney. Ce qui n’empêche pas Florenzi de réclamer un pénalty à l’arbitre. Le culot.

Tout semble tranquillou du côté du PSG. Et comme à chaque fois, c’est à ce moment-là que les joueurs de la capitale se liquéfient. Bernardo Silva récupère un ballon heureux dans la surface et décale Foden absolument seul au point de pénalty. Mais le natif de Manchester se croit à jubilé de Navas et se croit obligé de le faire briller.

Et un rebond trompa Navas…

La seconde période démarre comme si le PSG était devenu Burnley. City retrouve ses standards de 80% de possession. Mais manque de bol, en face Di Maria a planifié son entraînement pour le semi-marathon aux JO de Tokyo. Des allers-retours incessants dans son couloir qui obligent Guardiola à remplacer Cancelo dès l’heure de jeu.

Dans le même genre de Lose :   Football - Le classement FFL des plus beaux CSC

S’il y a bien quelque chose de rageant dans le football, c’est subir la passe à dix des Citizen. Les Sky Blues commencent sérieusement à jouer à la baballe. Et sur un centre anonyme de De Bruyne dans la surface, personne ne l’effleure d’un cheveu. Pourquoi en parler me direz-vous ? Tandis que Messi et Choupo-Moting se sont cassés les dents sur Navas, c’est un rebond anodin qui a raison du Costaricien. La beauté du football.

Le mur du PSG, une référence dans le BTP

Les joueurs du PSG n’ont même pas le temps de sécher leurs larmes que Mahrez enfonce littéralement le clou. Un coup-franc à l’entrée de la surface, un ballon envoyé en plein mur, mais c’était sans compter Paredes et Marquinhos qui s’esquivent magistralement pour éviter le cuir. Et c’est un Navas une seconde fois battu en quelques minutes.


Les Parisiens végètent tranquillement vers la fin de la rencontre. Mais Gueye refuse de se plier à ce rythme nonchalant. Le Sénégalais décide alors de chatouiller du bout des crampons le talon d’Achille de Gundogan. Histoire de dynamiser la rencontre. Mais l’arbitre est visiblement mal luné ce soir, et sort un carton rouge. Aucun second degré ces Allemands.