C1 – Barça Paris | Le PSG prend une sérieuse option pour la remontada !


Kylian MBAPPE of Paris Saint Germain (PSG) celebrates his goal during the UEFA Champions League round of 16, first leg match between FC Barcelona and Paris Saint-Germain at Camp Nou on February 16, 2021 in Barcelona, Spain. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport) - Camp Nou - Barcelone (Espagne)

Quatre ans. Nous attendions ces retrouvailles depuis quatre longues et interminables années. Barça – PSG, Paris – Barcelone. Mettez-le dans le sens que vous souhaitez, le résultat est identique : les catalans éteindront ad vitam aeternam la moindre lueur d’espoir francilienne. C’est du moins ce que nous pensions naïvement avant le coup d’envoi. Pour les membres de la FFL, les rêves n’existent pas.

Si le Paris Saint-Germain avait idéalement lancé sa campagne européenne en s’effondrant une nouvelle fois en fin de rencontre face à l’orteil droit de Marcus Rashford, les joueurs de la capitale se sont vite relancés. Au point d’arracher la première place du groupe. On se dit alors que les huitièmes de finale vont être aisés. Que nenni. C’est le Barça qui est tiré au sort. Souvenirs souvenirs…

Publicité

Barcelonais et parisiens se sont affrontés à trois reprises en phases finales de la Ligue des Champions. Si en 2013 et 2015 l’élimination du PSG est survenue en quarts de finale, l’édition 2017 s’est terminée un tour plus tôt pour le club de la capitale. Cela remonte déjà peut-être à quatre ans vous nous direz, mais l’impression de ce match reste elle intacte. Un match de gala qui va néanmoins se disputer sans Neymar. Et le brésilien a l’air d’être un peu méga deg de rater ce choc au sommet.

 

Top 3 des matchs auxquels il voudrait le plus jouer qu’il dit. Certes. Mais entre jouer Barça – PSG et assister à l’anniversaire de sa sœur, la question est très vite répondue.

Publicité

« Après sept mois, Koeman a mis ses idées en pratique et l’équipe correspond à ce qu’il souhaitait » M. Pochettino

Pochettino ne pensait pas si bien dire. Rarement le FC Barcelone fut aussi faible dans toute son histoire.

Le résumé du match Barça – PSG

Même pas une minute de jouée, que Kylian Mbappé rate déjà un face-à-face avec Ter Stegen. Sur une ouverture de Verratti, le français tente un amorti de l’extérieur. Un bide. Décidément les gardiens allemands ne lui réussissent pas. Mais c’était sans compter Marc-André qui passe totalement au travers lui aussi. Une espèce de chandelle dévissée du tibia qui a de quoi rassurer sa défense dès la première minute.

« Mbappé ? Je ne suis pas partisan de mettre quelqu’un au marquage individuel sur un joueur » R. Koeman

Ronald Koeman avait senti le coup. À l’inverse, Kurzawa n’a lui pas tellement bien senti la cheville de De Jong. Tandis que le néerlandais se projette dans la surface, le latéral français réalise un croche-patte à la Bernard Le Roux. Sauf que celui-ci est involontaire. Pénalty Messi. 1-0. Avec ou sans public, le tarif semble le même.

Sur le coup d’envoi, les blaugranas reviennent aux abords de la surface parisienne. De quoi faire paniquer Kurzawa qui commet une chute au pire moment. Du style Gerrard face à Chelsea. Messi récupère le ballon et le donne à Dembélé ; une passe dans les gants de Navas plus tard, le PSG peut se dégager. Mais seulement dix minutes plus tard, sur une inspiration magistrale de Verratti, Mbappé élimine Lenglet et nettoie la lunette de Ter Stegen. 1-1. Pas ça Kylian, pas maintenant, pas après tout ce que tu n’as pas fait avec le PSG en Ligue des Champions.

Dans le même genre de Lose :   Ligue Europa 2010 | Gyor enflamme la Paillade

Navas, le presque 12e homme du Barça

Sur une énième largesse de Jordi Alba, qui laisse 10 bons mètres sur Florenzi, l’italien centre devant le but. Piqué réalise une talonnade arrière à l’aveugle pour Mbappé. Magistral. Le français n’en demandait pas tant. 1-2 Paris. Le supplice ne s’arrête cependant pas là. Sur un coup-franc côté gauche, Kean profite d’être absolument seul au second poteau pour piquer sa tête. 1-3. Courage, il ne reste plus que 20 minutes à jouer.

Vingt minutes durant lesquelles Keylor Navas décide de s’amuser avec Griezmann. Le costaricien tente une louche. Sauf que le français tend le pied au pire des moments. Le ballon effleure le poteau. On a failli assister à une Lloris made in finale de la Coupe du Monde 2018. Mais ces vingt minutes seront tout de même trop pour des blaugranas bien pâles ce soir. Une contre-attaque menée par Draxler fait exploser la « défense » catalane. Mbappé nettoie l’autre lucarne de Ter Stegen cette fois-ci. 4-1 PSG. Score final.

Les Tops du PSG

Mauro Icardi

Si Mbappé s’est mis au diapason dès le coup d’envoi, le buteur argentin l’a suivi peu de temps après. Sur un décalage du natif de Bondy, on s’attend à ce qu’Icardi envoie une praline croisée dans le petit filet de Ter Stegen. À la place ? Une vieille frappe écrasée qui s’arrête même avant la ligne de but. Le corbeau des surfaces.

Layvin Kurzawa

En l’espace d’une minute, Kurzawa peut rivaliser pour le titre de Man of the match. Tandis qu’il fauche involontairement De Jong dans la surface, il trébuche devant Messi sur l’action suivante. À deux doigts d’être responsable de deux buts en moins d’une minute. Un candidat à la place de titulaire est né pour l’Euro 2020.

Marc-André Ter Stegen

Si le premier venu penserait que l’atout majeur pour jouer au football réside dans le pied, ça n’est pas la vision de Ter Stegen. Le portier allemand a eu deux dégagements à faire en première mi-temps : deux craquages. Et à chaque fois la même technique ; un extérieur obscur qui frôle les dix mètres de hauteur.

Les Flops du PSG

Kylian Mbappé

Dès la première action de la partie, on se dit qu’on a retrouvé notre Kylian de C1. Non pas celui des 16 buts en Ligue 1, mais de l’unique but lors des 9 matchs de phases finales de Ligue des Champions. Sauf qu’en l’absence de Neymar, Mbappé se décide enfin à vêtir le costume de sauveur en égalisant, puis en enfonçant le clou sur le 4-1. Bref, une soirée à vite oublier pour retrouver ses standards habituels en Coupe d’Europe.

Moise Kean

Pourquoi maintenant ? Alors qu’il a la possibilité de se régaler face à Nîmes ou Dijon en Ligue 1, Kean décide de réaliser sa masterclass de la saison en huitième de finale de la Ligue des Champions. Des grands ponts à foison sur Alba, des remises en une touche qui déséquilibrent à elles seules le bloc catalan. Et le troisième but parisien de la soirée. No comment.