Belgique | Deux clubs champions… puis climatisés à la dernière minute


Union Saint-Gilloise

Après les clims surpuissantes vécues en Allemagne cette saison, la Belgique avait à cœur de prouver que son championnat n’a rien à envier à ses pays voisins. Et la mission est accomplie haut la main. 

Avant cette dernière journée, l’Union Saint-Gilloise avait la possibilité d’insuffler un vent de francophonie sur toute la Belgique. En cas de succès conjugué à une contre-performance d’Antwerp, les Bruxellois auraient remporté leur premier sacre en 88 ans. Histoire de vous rappeler l’ampleur de la lose qui va suivre.

Scénario belge > blague belge

Seul club à avoir son destin entre les mains, Antwerp avait besoin d’un succès sur la pelouse de Genk pour décrocher le titre. Alors comme souvent dans ces cas-là, c’est Genk qui mène au score à la mi-temps. Et avec le match nul au même moment des Unionistes, c’est également Genk qui était virtuellement champion de Belgique. Premier rebondissement.

Mais il ne faut que quelques secondes en seconde période pour voir l’Union Saint-Gilloise ouvrir le score contre Bruges. A ce moment précis, les Bruxellois sont potentiellement champions à leur tour. Deuxième rebondissement. Sur l’autre pelouse, Antwerp parvient à égaliser, mais cela ne suffit pas pour chasser les Unionistes de la première place. Encore moins le but du 2-1 de Genk à un quart d’heure de la fin.

Puis arrive cette 88e minute. Bruges, qui n’a strictement rien à jouer, fait entrer Shion Homma. Il ne faut qu’une poignée de secondes au Japonais pour liquéfier les Unionistes. Homma égalise à la 89e minute, et fait chuter la température de 30 degrés dans tout Bruxelles. Ce but leur enlève non seulement le titre, mais voit en plus Genk virtuellement champion pour la seconde fois de la soirée. Troisième rebondissement. 

Le vent de fraîcheur en question.

Mettre un coup derrière la tête des Bruxellois ne suffisait visiblement pas à Bruges. Noa Lang, le Neymar brugeois, en profite pour signer une célébration à la Fekir. Tout est bien qui finit bien.

Puis à 20h19, la Terre s’est arrêtée de tourner en Belgique.

À lire aussi :   Coupe de la Ligue 2004 | Landreau, la panenka qui fait pschitt

Nom : Alderweireld, profession : climatiseur

Genk est donc en passe de devenir champion de Belgique. Qui plus est à domicile, devant son propre public. Les supporters commencent à s’amasser au bord du terrain pour envahir le terrain. Une spécialité qui n’est pas sans risque ces derniers temps.

Puis arrive la 90+4e minute. Les supporters ne regardent presque plus le match, tous concentrés à activer le mode story sur leurs téléphones pour mémoriser cet instant historique. En parlant d’événement historique, Toby Alderweireld va leur en offrir un sur un plateau. En effet, le capitaine belge attend la 90+4e minute pour faire rasseoir gentiment tous les supporters de Genk. Un missile sol-air dans la lunette, et c’est l’Antwerp qui arrache le titre des mains des Limbourgeois. Quatrième et dernier rebondissement.

A visionner sans modération.

Vu des tribunes c’est encore plus onctueux.

C’est les émotions.

Après un scénario de fou furieux, l’Antwerp glane le cinquième titre de champion de Belgique de son histoire. Et pour marquer le coup, quoi de mieux que de le casser ?

Le premier de champion depuis… 1957. 66 ans après.

Courage amis Lyonnais, plus que 51 ans avant votre prochain titre de champion.

Tom