XV de France – Roumanie 1980 | Bons baisers de Bucarest pour Blanco & Co.


boutique FFL

Si l’année 1980 a notamment été marquée par la non-qualification à l’Euro de l’Équipe de France de foot, le sport tricolore a également laissé son empreinte du côté de l’Ovalie. Sept ans avant la première Coupe du Monde de rugby, le XV de France a placé la Roumanie sur la carte du monde. Face aux Carpates, les Bleus ont réussi ce qui s’apparaissait comme impensable : s’écrouler au pays de Ceaușescu.

Le 14 juillet est une date historique en France. Et le rugby n’est pas une exception. En effet en ce 14 juillet 1979, les Bleus se rendent coupable d’un affront sans précédent ; pour la première fois depuis la création du rugby, ils remportent une confrontation face aux All Blacks sur leur sol. Il y aura très clairement un avant et un après.

Publicité

Forts de cette prouesse majuscule, les Français abordent la décennie 1980 de bon pied. Alors, lorsqu’il s’agit d’affronter les Roumains lors d’un test-match, les pronostics sont vite faits. En effet, la rencontre entre la France et la modeste équipe du XV du Chêne est de manière générale, disons-le, quelque peu déséquilibrée. Ce genre de match qui peut vous permettre de remporter à coup sûr votre pari, du moins des clopinettes.

Alors pour ce qui est de ce dimanche 23 novembre 1980, le déséquilibre est encore plus visible. Les Bleus se trouvent dans une période faste, ils réussiront notamment le Grand Chelem lors du Tournoi des 5 Nations l’année suivante. Oui mais voilà, cette forme éclatante du XV de France au début de cette décennie 1980 ne va tout simplement pas prendre lors de ce test-match organisé à Bucarest.

Le résumé du match Roumanie – XV de France

La rencontre commence sur un champ de patates. À croire que les organisateurs avaient omis qu’ils accueillaient une rencontre de rugby. Les premières actions donnent très vite le ton à la rencontre ; erreurs techniques, positionnements hasardeux, jeu au pied directement dans les tribunes. Un récital.

Dans le même genre de Lose :   H Cup 1998 – Brive | Une finale ça ne se joue pas, ça se perd

À la mi-temps, le score est de 0-0. Les spectateurs ne comprennent pas ce qui leur arrive. Mais qu’ils se rassurent, les trente acteurs sur le terrain ne sont pas plus aiguillés. Ces derniers rentrent tous la tête baissée à la pause. Dans les vestiaires, on se dit alors que le sélectionneur Jean Desclaux va secouer tous ses joueurs et trouver les mots justes pour les piquer dans leur orgueil. C’était sans compter que c’est tout l’inverse qui va se produire. Dès la première minute de la seconde période, le centre Tudor Constantin réussit une première pénalité entre les perches. Coaching payant Desclaux.

Publicité

Le fiasco de Bucarest

Toutefois le XV de France, emmené par le tout jeune Serge Blanco, ne peut pas se laisser malmener au pays des Carpates. Mais il y a une différence entre vouloir et pouvoir. C’est bien connu. Malgré leurs efforts immenses sur le terrain, les Tricolores se font enfoncer de toute part. Chaque duel est l’occasion pour un Roumain de se faire un Français. Il était dit de cette équipe qu’elle était composée de rugbymen jouant comme des militaires, car la plupart d’entre eux faisaient partie de l’armée roumaine. L’ascendant physique du XV du Chêne fait en effet plaisir à voir.

Le score lui, ne bouge pas d’un iota. Jusqu’à cette 63e minute, moment choisi par ce diable de Tudor Constantin pour assommer les Français avec une seconde pénalité. Le bougre récidive une troisième fois, avant que le troisième ligne roumain Bors n’inscrive l’essai qui crucifie les Bleus. Couronné par une transformation de Constantin of course. Score final 15-0. Les Bleus n’ont même pas inscrit le moindre point face à quinze paysans du Danube. Une performance XXL que nous avons tout naturellement décidé de vous faire partager plus de quarante ans plus tard.

La rouste est légendaire, l’exploit inespéré.