Plongeon | La préparation olympique désastreuse d’Alexis Jandard et Jules Bouyer


BELGRADE,SERBIA,23.JUN.24 - DIVING - LEN, European Swimming Championships, men, synchronised 3m springboard. Image shows Jules Bouyer and Alexis Jandard (FRA). Photo: GEPA pictures/ Mathias Mandl Photo by Icon Sport - Photo by Icon Sport

3 mois après l’inauguration merveilleuse du Centre Aquatique des Jeux olympiques, nous étions bien évidemment au taquet pour être à l’affût de la moindre gamelle. Cependant, quelle ne fut pas notre désillusion. Alexis Jandard et Jules Bouyer, plutôt que de nous offrir du contenu viral, ont cette fois choisi l’anonymat absurde de la victoire. Champions d’Europe en 3m synchronisé à Belgrade. Une désillusion totale et une inquiétante préparation olympique.

Une trahison olympique

On ne va pas vous mentir, à la FFL, nous commencions à avoir des accroches avec le plongeon français. Après tout, un sport qui consiste à tomber avec grâce, c’est obligatoirement quelque chose qui nous parle. Nous étions bien évidemment les premiers charognards à relayer la gamelle épique d’Alexis Jandard, qui nous avait offert ses précieux conseils pour se viander parfaitement sur un plongeoir.

 


Quant à son coéquipier, nous l’avions invité dans notre semaine de la lose, pour qu’il nous explique du haut de son jeune âge la particularité de son sport.

Nous pensions donc être en confiance, dans un respect des valeurs de la défaite. Ce dimanche 23 juin est donc un jour noir que notre tribu que je vais vous conté. Un jour après le scandaleux titre en individuel de Gwendal Bisch, nos espoirs reposaient sur Jules Bouyer. En effet, en tête toute la compétition, il avait foiré avec malice son dernier saut pour s’assurer une splendide 4e place. Mais ce dimanche, rien n’a été dans ce sens.

À lire aussi :   Voile - Sail GP | Le crash salvateur de l'équipage français

Une journée désastreuse pour Alexis Jandard et Jules Bouyer

Faisons-la simple. Rien n’a été dans notre sens aujourd’hui, rien. Dès le 3e plongeon, ils ont pris la tête du concours et ne l’ont pas lâchée. On aimerait bien vous parler de vrilles, de piqués et de triples salto soleil samouraï double ration de frites, mais on n’y comprend rien. Le seul truc qu’on gère, c’est la dose de plouf à la fin du plongeon.

L’alerte est donc de mise pour notre paire tricolore. On les aime bien, mais il y a des choses que même l’affection ne pardonne pas… Et une médaille aux Jeux olympiques fait sans doute partie de ces critères.

 

Antoine