NBA | L’exceptionnelle palette offensive de Rudy Gobert


Rudy Gobert

Trêve de mauvaise foi, depuis son arrivée dans la franchise des Minnesota Timberwolves, l’impact de Rudy Gobert est mitigé. Un bilan de 18 victoires pour 21 défaites avant le match d’hier soir. Mais sa performance face aux désespérants Los Angeles Clippers est peut-être la meilleure de sa saison : 25 points à 11/15 au tir, 21 rebonds, 2 contres et un petit ratio de +31 pour la victoire de son équipe. Seulement 4 petits tirs loupés. Mais sur ces 4 tirs, 2 d’entre eux sont dignes des Harlem Globe Trotters.

Rudy Gobert le roi du cercle.

La première merveille arrive peu après la moitié du 3e quart-temps. Après s’être arraché pour un rebond (et bien aidé par une léthargie chez les angelinos, Rudy Gobert redonne la balle aux Timberwolves qui peuvent remettent une action placée. Gobert, pose son dribble, attaque Zubac, petit spin des familles pour envoyer son lay-up main gauche. Et quel lay-up. Une courbe digne d’un décollage de Space X. Pour l’amerrissage par contre, ça ne retombe pas avec la même précision. Peut-être par contre a t’il tout vu avant les autres, car en loupant complétement le panier malgré la planche, la gonfle retombe pile dans les mains de Jaden McDaniels qui profite de la défen du boulevard offert par Luke Kennard pour aller dégommer le cercle. Ca ne compte pas pour une passe décisive, mais c’est comme si.

Publicité

Mais c’est la seconde action qui laissera un souvenir impérissable aux 17 136 spectateurs. Un de ces moments où le temps s’arrête, laissant place à une action de légende. Il y avait le tir de Jordan sur la truffe de Bryon Russell, il y a maintenant le coast-to-coast de Rudy Gobert face aux Clippers. 20 points d’avance au score, et un énième rebond défensif pris. C’est là que l’illumination se créé. Aucune passe à faire, il se décide à remonter le terrain (ce qui est somme toute assez rapide avec son envergure).

À lire aussi :   Football | Le but du siècle lors de Cesena-Fermana

Quand il arrive dans la partie de terrain adverse, il ne voit que Moses Brown sur sa route. Un jeune pivot un peu naïf, il y a quelque chose à faire. Le loup attaque sa proie avec ce qu’on appelle une feinte de grand-père. Drive vers le panier, feinte de tir total. Brown mange complétement dans la feinte et saute pour contrer un tir qui n’existe pas. Il n’y a donc plus qu’à réaliser le plus facile. Un lay-up sans aucune contestation possible. Et c’est là que la magie du basketball opère. Probablement surpris lui-même pas ce qu’il vient de réaliser, il n’arrive pas à se reconcentrer et se fait contrer non pas par Brown, mais par Marcel Arceau.

Publicité

Une merveille qui n’aura aucune incidence sur le résultat final. Les Timberwolves sont toujours invaincus en 2023.