Natation | La céléblessure iconique de Rafael Fente-Damers


Rafael Fente Damers

Le monde de la natation française est réuni à Chartres cette semaine. Objectif pour tous les barboteurs professionnels : faire les minima pour les JO de Paris (et accessoirement être champion de France). Et si tout le monde a les yeux rivés sur le futur probable traître à la nation Léon Marchand, d’autres, pour être aussi sur le devant de la scène, font des pieds et des mains. Ou, comme pour Rafael Fente-Damers, des épaules.

Rafael Fente-Damers porte sur l’espoir du sprint français sur ses épaules

Le 100m nage libre est l’épreuve reine de la natation. Un aller-retour de bassin olympique direction la gloire éternelle. Sur le plot de départ de la piscine de Chartres, c’est ce qui animait l’esprit de Rafael Fente-Damers, jeune nageur de 18 ans des dauphins d’Annecy. S’il réalise cet aller-retour en moins de 48″34s, il sera aux JO de Paris. Le rêve d’une vie. Florent Manaudou (47″90s) et Maxime Grousset (47″65), les 2 fers de lance du sprint français l’ont fait. Alors pourquoi pas lui ?

Il est en plus dans une position parfaite, dans la ligne d’eau à côté de celle de Grousset. Parfait pour prendre la vague du Néo-Calédonien. Et c’est chose faite. Alors que Grousset envoie un honteux temps supersonique de 47″33, Rafael Fente-Damers envoie un temps de 48″14. Minima réalisé, il peut prendre son OuiGo direction la capitale.

Fou de joie après avoir pris connaissance de son temps, il exulte en tapant dans l’eau. Problème, comme tout bon sprinteur, il est musclé comme personne et l’eau ne fait pas le poids. Résultat : luxation de l’épaule. Le pire, c’est qu’être blessé dans l’eau est à la fois douloureux et aussi très inconfortable. Ceux qui ont déjà eu une crampe dans l’eau comprendront. Aidé par ses adversaires qui alertent les médecins.

Luxation de l’épaule. Il passera sur le podium avec le bras en écharpe, avant de partir à l’hôpital. Souhaitons bien évidemment que cette blessure cocasse ne remette pas en cause sa participation aux Jeux. En attendant, il a reçu le soutien d’Arthur Rinderknech, autre lauréat d’une splendide blessure alakon. C’est toujours ça de pris.

À lire aussi :   Voile - Sail GP | Le crash salvateur de l'équipage français
Antoine