Moto GP Portugal | Quartararo : Wanted !


Que dire. Nous étions restés sur une trahison de haut vol. Alors que Quartararo et Zarco avaient fait 1 et 2 à Doha il y a deux semaines, nous espérions naïvement que la situation redeviendrait davantage française au Portugal. Mais visiblement, les Dieux de la Moto nous prouvent que cette année 2021 sera une longue et périlleuse traversée du désert pour notre fédé.

Dimanche 4 avril 2021. Si pour vous ce jour n’est rien d’autre que le quatorzième dimanche de l’année, il est temps de vous poser de sérieuses questions. Car en cette journée du Seigneur, la catégorie Moto GP a osé lancer une offensive de poids lors de notre repos dominical. Sur le tracé qatari de Doha, Fabio Quartararo et Johan Zarco nous ont rappelé à quel point le sport de haut niveau était exigeant. Dès le premier relâchement, on se fait punir.

Publicité

Si le premier a cru bon de remporter sa quatrième victoire en carrière, le second a pris la deuxième place. Et occupe désormais la tête du classement des pilotes. La situation est devenue hors de contrôle, d’où notre bannissement à titre conservatoire de la discipline Moto GP.

 

Alors quelques heures avant la troisième manche de la saison, au Portugal, nos espoirs résidaient tout naturellement en un seul homme : Marc Marquez. Il n’y a qu’un sextuple champion du monde pour contrée l’offensive de la motocyclette franchouillarde. Se disait-on.

Publicité

Résumé de la course

Alors que Fabio Quartararo a signé la pole hier, le Français prend un véritable départ de Diablo. Le Niçois passe de la 1e à la 6e position en l’espace d’une ligne droite. Ou comment faire taire les critiques deux semaines après une disasterclass triple XL. Mais la réjouissance est de courte durée. C’est désormais Zarco qui mène la course. Un Français en cache toujours un autre décidément.

Dans le même genre de Lose :   Amina Eurovision 1991 | Le règlement qui rafraîchit la France

Mais Zarco perd sans attendre la tête de la course, malgré la puissance déloyale de sa Ducati en ligne droite. 68 Grands Prix dans la catégorie reine, 0 victoire. Indiscutablement le Hulkenberg de la Moto GP. Pendant que Zarco dégringole en douceur, pour retrouver une 4e place qui lui va bien mieux, Quartararo entreprend une remontadita pour mener la course. Très vite, un duel avec la Suzuki d’Alex Rins voit le jour. Les deux pilotes s’échangent les meilleurs temps. À un millième près. Le suspense est haletant, et naturellement le traumatisme de Doha refait surface.

Rins, accusé de complicité avec Quartararo

À chaque fin de ligne droite, on voyait la moto bleue se rapprocher toujours plus de Quartararo. Alors à notre tour, nous y avons cru. Mais nous aurions dû savoir que l’espoir est le pire de tous les alliés. Sur un virage anodin, Rins perd le contrôle de sa machine et vient traîner ses fesses dans les graviers portugais. Voyant le nouvel affront qu’El Diablo est en passe de nous affliger cet après-midi, Johann Zarco prend ses responsabilités et s’en va rejoindre Alex Rins sous la douche. Une magnifique glissade du dos. Artistique jusqu’au bout le Cannois.

Mais la douleur est là. Quartararo signe sa 5e victoire en Moto GP. Plus que n’importe quel Français dans l’histoire. Et comme si ça ne suffisait pas, il récupère la tête du classement des pilotes à Zarco. Quand c’est pas un c’est l’autre.

Il n’y a pas à dire, les seules deux roues fidèles, ce sont les cyclistes. Vivement le Tour de France.