Moto GP | Le titre n’était qu’un MIRage pour Quartararo !


Le Jugement Dernier devait avoir lieu aujourd’hui. Sur le tracé de Valence, le titre de champion du monde pouvait être décerné dès l’avant-dernière manche. À moins que le dénouement ne soit retardé par un exploit de Fabio Quartararo. Et en effet, le niçois va une nouvelle fois se démarquer de ses adversaires. Mais un exploit qui ne va pas empêcher Joan Mir de devenir champion du monde. Retour sur ce règlement de comptes valencien qui n’a jamais eu lieu.

Lors de la dernière course, nous vous avions laissé en suspens. Le Mans. Aragon, Valence. Autant de circuits qui n’avaient rien pu faire face à la pugnacité de Quartararo. Tandis que Fabio venait de réaliser un quatrième craquage de rang, nous nous étions demandé si nous nous dirigions vers un cinquième. Et la réponse a été apportée aujourd’hui par le principal intéressé. Amateur de sensations fortes, Quartararo ne pouvait laisser pas passer l’occasion de faire à nouveau parler de lui. Et à sa manière : la tête dans les graviers.

Publicité

Le week-end dernier, sur ce même tracé valencien, le pilote français avait annoncé la couleur. « Prêt pour la guerre » scandait-il sur son compte Twitter. Sur la piste, l’assaut avait duré exactement huit virages. Avant de gouter aux petits cailloux espagnols. Reparti à la suite d’un sprint Ushainboltesque, il avait fini à une probante 14e place. Pendant que Mir s’imposait. Et lui infligeait un retard de 37 points à deux manches de la fin de la saison.

Résumé de la course

Quartararo démarre ce week-end de course dans l’optique de préserver sa deuxième place. À égalité de points avec Alex Rins, coéquipier de Mir. Décidément. Mais dès les qualifs, on se rend compte qu’El Diablo ne sera le cauchemar que de sa propre équipe. Onzième temps de la séance. Seule consolation, il devance Joan Mir, douzième. Alors du côté de Yamaha, on commence à croire à nouveau à un exploit qui serait retentissant. En omettant que Fabio est français. Ce qui change radicalement l’équation.

Dimanche. Les pilotes sont installés sur la grille de départ. Une dizaine de secondes après l’extinction des feux, Quaratararo a déjà le cul par terre. La moto GP n’est belle et bien plus un problème pour nous. En effet, dès le deuxième virage, Fabio nous prouve qu’il n’est pas venu enfiler des perles. Depuis cinq courses, il montre qu’il a bien saisi qu’en disputant le titre de champion du monde, il ne fallait faire aucune erreur. Dans la deuxième courbe du tracé, il arrive en boulet de canon sur ses poursuivants. Contraint forcé de braquer sur l’extérieur de la piste pour ne pas faire un strike, le voici qui rend une nouvelle visite aux graviers valenciens. Un rituel. Il repart bon dernier. Innovant dans chacun de ses chokes.

Publicité

Dans le même genre de Lose :   Top 10 des réponses des sportifs français à la FFL

Quartararo Out, Mir 7e, les comptes sont bons

Ironie de l’histoire, le leader de la course n’est autre que son coéquipier, Franco Morbidelli. Un moment de solitude que le français commence à bien connaître. Mais Quartararo veut perdre avec panache aujourd’hui. Le voici qui grapille cinq places en trois tours. Heureusement dans chaque moment délicat de notre fédé, un licencié s’illustre pour nous remonter le moral. Dans la première courbe du circuit, c’est Zarco qui se prête au jeu du crashquage, initié par Fabio depuis quelques semaines. Le pilote Ducati perd le contrôle de sa moto et glisse sur le sol comme sur une vague de Nazaré.

Zarco donne un coup de pouce à son compatriote, qui retrouve la 15e place et entre dans les points. Alors on se dit que rien n’est fini. Mais ce sacrifice du pilote Ducati s’avère aussi utile que de taper le mot « google » dans la barre de recherche Google. Seulement deux tours après, Quartararo chute et propulse sa moto dans les graviers. Histoire d’envoyer un message fort à la concurrence : ne comptez pas sur moi pour vous disputer le titre !


Fabio devait reprendre 34 points à Joan Mir. Il en a perdu 9 aujourd’hui. Si on résume cette journée, en l’espace de 40 minutes il a :

– perdu toute chance de devenir champion du monde.
– perdu la deuxième, troisième, quatrième et cinquième place au classement.
– et perdu son immunité face à notre fédé.

Dans notre bonheur, la saison de Moto GP ne se terminera que la semaine prochaine, au Portugal. En espérant que la réussite d’Anthony Martial l’accompagne sur les terres lositaniennes.