LOSC – Chronique d’une défaite


Image : RMC Sport

Petit moment oldschool : en 1999, dans la chanson G-Padpo, le Saian Supa Crew raconte un concert qui pue la lose… et qui commence par un « Vous êtes chauds à Valence ?« . S’ils avaient l’idée de se reformer, ils pourraient faire une nouvelle version avec le LOSC en ligue des champions. Après un match aller qui laissait pourtant entrevoir de bonnes choses, le naturel est revenu au galop hier. Une seconde mi-temps hommage au XV de France aura suffi pour que les espoirs européens disparaissent.

Première mi-temps – L’espoir

Avant même le début du match, une petite odeur de lose rodait autour de l’équipe lilloise. Ikoné, le héros du match aller, doit déclarer forfait à cause d’un accident de la circulation, bien heureusement sans gravité. C’est donc sans le métronome de son équipe que le LOSC se présente sur la pelouse du Mestalla avec un ensemble maillot rouge-bleu / short blanc qui ferait hurler Cristina Cordula. Cependant, sur le terrain, la première mi temps est tout de même décevante avec de l’envie, du jeu et un pressing plutôt efficace. Et c’est sur ce pressing que Benjamin André chipe un ballon et lance Osimhen qui ne se fait pas prier et s’en va fusiller Cillessen. 0-1.

De leur côté, suite à ce but, en plus de mettre enfin le pied sur le ballon, Valence effectue un très bon pressing, à l’espagnol, c’est à dire autour de l’arbitre. Et c’est par la suite une marée qui va s’abattre sur les cages lilloises. Mais Mike Maignan est présent et sauve plusieurs fois la maison lilloise avec des arrêts à bout portant, dont un sur une très, très grosse largesse défensive de Celik. Et ça n’est que le début.

Les espoirs demeurent côté lillois. Mais vous êtes bien au courant maintenant, l’espoir est le pire ennemi du supporter.

Seconde mi-temps : La résurrection

Après une première mi-temps décevante, le LOSC revient avec de bien meilleures intentions. Peut-être que Jacques Brunel est venu dans les vestiaires pour prononcer un discours dont il a le secret? En effet, à peine plus d’une minute après le début de la seconde mi temps, Soumaoro offre un coup franc à la limite de la surface aux valenciens. Coup franc mal tiré mais les bases du craquage sont là. De plus, au delà d’une fébrilité défensive qui s’installe, les lillois ratent les quelques occasions qui auraient pu tuer le match. Et le couperet tombe sur un penalty concédé par celui qui devait être la garantie expérience, José Fonte. Panenka, 1 partout.

A partir de là, la fracture mentale lilloise s’ouvre tel le gouffre de Helm. Même s’ils réussissent à résister un peu, c’est sur une nouvelle largesse défensive de Celik que Jose Luis Gaya donne une offrande à Soumaoro, qui ajuste son propre gardien. 2-1 Valence. Quelques secondes plus tard, l’humiliation est totale avec Kondogbia qui balance une praline, et en plus pour une fois, dans le but adverse.


Cereza sobre el pastel, Valence finira d’achever le Losc sur une nouvelle largesse défensive. Le constat est terrible pour le Losc avec un point en 4 matchs, et 15 rencontres consécutives en ligue des champions sans la moindre victoire. C’est donc ainsi qu’ils quittent la C1 et bien probablement l’Europe tout court en ayant emporté encore un peu de l’indice UEFA français dans les tréfonds. Retour à la réalité ce samedi pour Lille qui reçoit Metz à la maison.

 

LOSC – Chronique d’une défaite