Le contrôle ronaldinhonesque de Mouctar Diakhaby


Mouctar Diakhaby

Le FC Valence joue sa survie en Liga cette saison. Et pour l’aider à se maintenir, le club espagnol peut compter sur son patron de la défense : Mouctar Diakhaby.

Mouctar Diakhaby, la technique dans le sang

Au lendemain de l’anniversaire des 9 ans de la glissade de Steven Gerrard, Mouctar Diakhaby a sans doute trouvé pertinent de rendre hommage à la légende anglaise. Et ce, alors même que le FC Valence joue sa survie en Liga en cette fin de saison. De quelle manière vous demandez-vous ? Tout simplement en perdant le ballon en tant que dernier défenseur. Quelle question.

Face à Valladolid (qui n’est pas Gijon), les Blanquinegros entament parfaitement la partie. Dès la 6e minute, Valence démontre pourquoi il végète au fond du classement cette saison. Sur une passe en retrait à destination de Mouctar Diakhaby, l’ancien Lyonnais ne panique pas, et laisse passer sereinement le ballon sous son pied. Cyle Larin n’en demandait pas tant, et ouvre le score pour les visiteurs. Même s’il n’a pas touché le ballon sur l’action, on ne peut pas s’empêcher de penser que Diakhaby est le passeur décisif sur ce but.

La réponse de Valladolid ne se fait pas attendre

On pensait alors que Mouctar Diakhaby allait être l’homme de cette rencontre. Mais c’était grandement sous-estimer Jordi Masip, le gardien de Valladolid. En bon capitaine qu’il est, Jordi n’est pas du genre à tirer son équipe vers le haut. A l’heure de jeu, sur un coup franc valencien, Diakhaby encore lui place une tête piquée. Et c’est à ce moment que Jordi Masip fait irruption dans l’histoire. Le gardien suit le ballon du regard à la manière de Greg Coupet, et s’attend à le voir sortir en six mètres. Mais le ballon rebondit finalement sur le poteau, rentrant qui plus est. 1-1.

À lire aussi :   MLS | Lloris a arrêté un pénalty, et ce n'est pas une blague

Puis Javi Guerra décide de vêtir le costume de sauveur des Valenciens. Entré à la 89e minute, il envoie un missile dans la lucarne à la 90+3e, comme si de rien n’était.

Mais détrompez-vous, notre héros du jour est ailleurs.

Tom