Jeux Olympiques Tokyo 2020 | Le récap du matin du vendredi 30 Juillet


Après une épique nuit dans l’histoire de notre fédération, il était inconcevable de produire une matinée aussi riche en émotions. Mais tout de même, il y a eu des évènements appréciables.

Handball

Fort de ses derniers résultats mirobolants en compétition internationale, on avait, un peu dans l’enflammement, misé sur un nouveau choke de l’Équipe de France de handball à Tokyo. Que nenni. Même si rien n’est fait encore comptablement, la manière ne nous convient pas. Les trois premiers succès français face à l’Argentine (33-27), le Brésil (33-29) puis l’Allemagne (30-29) étaient une alerte inquiétante. Et on avait bien raison de nous plaindre.

Publicité

Face à l’Espagne, championne d’Europe en titre, les Bleus ont proposé un niveau de jeu bien loin de celui connu sous le mandat du grand regretté Didier Dinart. Dès la pause, la France mène 18-12. Cet écart de six points n’évoluera pas d’un iota. Score final 37-31. Quatrième succès en autant de matchs. Jamais trois sans quatre comme on dit.

Si la France est désormais certaine de terminer première de son groupe, elle affrontera la Norvège ce dimanche à 9h15. Pour ce qui sera son avant-dernier match de la compétition. Oui on tente l’intox.

Publicité

Canoë-Kayak (Hommes)

Après nous avoir fait rêver en qualifications en ayant raté le passage d’une porte, et une pénalité de cinquante secondes dans la tronche, Boris Neveu débarquait ce matin dans la finale du slalom K1. Avec comme ferme intention de ramener une médaille à la maison. Toutes les espérances étaient donc permises. Alors quand en plus vous êtes natif de Lourdes, l’espoir est votre deuxième peau. Mais c’est quand on se met à parler d’espoir que la Faucheuse de la FFL vient subitement toquer à votre porte.

Le Français réalise un passage correct, mais sans réellement se surpasser. Boris Neveu hérite de 4 secondes de pénalité pour avoir commis deux touches. Et conclut avec un temps de 101,18. Quoi qu’il arrive un score bien en dessous de celui des demi-finales (94,86) qui lui aurait permis de décrocher… une médaille de bronze. Frustrant. Mais Boris Neveu a choisi de vivre une autre vie, celle d’échouer à la porte des presqu’médailles. Septième position, c’est la place rageante des places rageantes. Même à nous elle ne nous convient pas.

 

Voile

C’était la dernière journée avant la medal race pour les dériveurs solitaires. Donc on peut enfin faire un petit bilan. Chez les hommes, Jean-Baptiste Bernaz a pris une solide 22e place sur la 10e et dernière manche. Ce qui l’a repositionné au 9e rang du général. Juste avant la medal race (ultime course où les points sont doublés) de dimanche, le Français est idéalement placé pour ne pas faire de podium. En revanche, pour une presqu’médaille…

Et chez les femmes, Marie Bolou a terminé ses 10 régates en réalisant son pire résultat depuis le début des Jeux (33e place à la 10e course). Classement final : 11e. Soit la première des non qualifiées et donc la première dans nos cœurs.

Judo

 Avec ce qu’il s’était passé plus tôt, on ne savait plus trop quoi penser. À la base, on imaginait cette journée plutôt douloureuse avec les potentiels sacres de Teddy Riner et Romane Dicko. Sauf qu’en se faisant sortir avant la finale, les deux Français nous ont tout à coup mis en position d’obtenir deux presqu’médailles totalement inespérées. Mais finalement, tous deux repartent de Tokyo avec le bronze en poche. Donc en gros, la FFL n’attendait rien mais elle a quand même fini un poil déçu.

Pour Romane Dicko, c’est plutôt inquiétant. À 21 ans, la judokate semble destinée à nous mettre des fessées pendant les prochaines années. Aujourd’hui, elle n’a fait que gentiment nous botter le derrière.

Pour Teddy Riner en revanche, les pourparlers engagés depuis plus d’un an et sa défaite à Paris semblent porter leurs fruits. Et aujourd’hui, son outrageuse domination sur notre fédé n’est plus la même. Cette médaille de bronze ne nous satisfait certainement pas mais elle montre une nette amélioration. 

Et on terminera ce chapitre par adresser nos félicitations aux Japonais. Eux souhaitaient depuis 5 ans un duel Riner vs Harasawa en finale, histoire de prendre leur revanche sur Rio. Un souhait si intense qu’Harasawa a préféré s’incliner en demi-finale pour affronter Riner pour le bronze. Et perdre, qui plus est. Puisqu’on ne peut pas s’empêcher de se projeter sur Paris 2024 l’exemple à suivre est tout trouvé.

Gardons dans tous les cas une note positive de cette journée. On nous annonçait une Bérézina, on a quand même pris un sacré pied. 

Basketball (Femmes)

Cueillies à froid par le Japon mardi dernier (74-70), les Françaises tenaient à se racheter face au Nigeria ce matin. Et dès l’entame de match, on comprend très vite qu’on a mis les pieds sur un territoire ennemi. Les Bleues infligent un 10-0 aux Africaines. Avant de se faire rejoindre 10-8. On ne change pas non plus du tout au tout en si peu de temps.

Les Tricolores font leur petit bonhomme de chemin et mènent de 18 points à la pause. Vous le sentez venir ce match à sens unique ? Comme prévu la deuxième période ne va rien changer et les Françaises l’emportent 87-62, se refaisant ainsi une santé au niveau du goal average.

Rendez-vous lundi pour le second choc face à la Team USA. En espérant que la hiérarchie soit (ENFIN) respectée entre les deux nations.

 

Dans le même genre de Lose :   Jeux Olympiques Tokyo 2020 | Le récap de la nuit du vendredi 6 Août