Hypercar Ferrari | Le sublime abandon au bout de 100 mètres de Fuoco


Antonio Fuoco

Ce week-end avaient lieu les 6 heures de Spa-Francorchamps. Une course d’endurance de renom, et qui va encore un peu plus marquer de son empreinte le monde automobile. Comment ? Grâce à la performance d’Antonio Fuoco, pilote de… Ferrari bien entendu.

Dans cette course d’endurance, les deux Toyota n°7 et 8 ont donné un soufflet à la concurrence. Derrière, l’objectif devient très clair : obtenir la 3e place pour terminer le meilleur des autres. Un peu comme en Formule 1 derrière les intouchables Red Bull quoi. Et comme au Grand Prix d’Azerbaïdjan, Ferrari semblait bien parti pour décrocher un podium. Mais ça, c’était avant qu’Antonio Fuoco ne prenne le volant.

Publicité

À lire aussi :   F1 | Les notes FFL du Grand Prix d’Azerbaïdjan

La sortie des stands assurée de Fuoco avec sa Ferrari

Alors qu’il ne reste plus qu’1h30 à disputer, la Ferrari n°50 remonte progressivement dans le peloton et fonce sur le podium. Face à elle, la Cadillac n°2 et la Porsche n°5. Un trio qui va très vite se transformer en duo. Explications.

L’hypercar italienne plonge dans les stands, et Antonio Fuoco remplace son coéquipier au volant du bolide. Cependant, cette saison, les hypercars sont traversées par une vaste polémique ; la chauffe des pneus. En effet, ces dernières ne peuvent plus chauffer leurs pneus autant qu’elles le voudraient dans les stands, et ce notamment à cause de la disparition des cabines de chauffe. C’est comme si en Formule 1 on disait adieu aux couvertures chauffantes. Vous n’avez qu’à voir déjà cette saison à quel point les F1 sont sur des œufs quand elles sortent des puits, et ce uniquement avec le passage de 100°C à 70°C des couvertures.

À lire aussi :   WRC 2000 – Peugeot | Triple abandons en une nuit, qui dit mieux ?

Sachant cela, on se dit qu’Antonio Fuoco va se montrer très prudent en sortant des stands. D’autant plus que la piste est humide. Détrompez-vous. Il ne faut pas attendre plus de 100 mètres pour voir l’Italien perdre le contrôle de sa voiture dès la sortie des stands, dans la descente du Raidillon. Antonio vient s’empaler contre le mur, tambourine les rails et finit sa trajectoire sur la piste. Ou comment tout perdre dès la sortie des stands. Maestro.

Publicité

En F1 ou en Hypercar, la Scuderia nous offre désormais un divertissement permanent.

À lire aussi :   Formule 1 | Les 5 victoires jetées à la poubelle par la Scuderia Ferrari
Tom