Flair défectueux, mercato raté & raclées XXL : Flop 5 des joueurs du tournoi Allianz sur MPG


Après la salade, la remontada niçoise. Contenu créé en partenariat avec Allianz France.

Après avoir réuni plus de 14’000 joueurs pour un tournoi MPG calqué sur les 10 dernières journées de Ligue 1, Allianz France a fait appel à la FFL pour mettre en lumière le meilleur du pire de ses participants. Si vous étiez inscrits, on vous souhaite de ne pas figurer dans ce top.

Si les 2 premiers du tournoi ont eu la chance de pouvoir aller taper un five sur la pelouse de l’Allianz Riviera, les 13998 autres ont (forcément) perdu, et certains avec plus de panache que d’autres. Pour rappel, la FFL avait participé avec son « FC Pasdepalmarès »uniquement composé de joueurs sans aucun titre. Nous avions duré 1 semaine. Mais il y a eu de plus belles loses.

Publicité

On n’avait jamais vu la tribune niçoise aussi disciplinée.

Stade Allianz

#1. Le coup de génie de coach Aurélien

Aurélien a aligné Koné sur tous ses matchs, sauf sur le tour 6, celui de son élimination. Il lui manquait 2 buts pour passer cette journée-là. Son Koné, pour la première fois remplaçant de son parcours, a mis un doublé. Pep Aurélien.

Publicité

#2. Le flair du mercato : Poussin et son 4,1/10

Avant de commencer un tournoi, il faut faire son mercato et sélectionner les joueurs avec qui on se voit capable de gagner 10 semaines de suite face à ses adversaires. Pour gagner, il fallait par exemple prendre Mbappé, Ben Yedder et Dembélé.

Quelques pragmatiques ont donc tout naturellement choisi de sélectionner… le jeune Gaëtan Poussin des Girondins, gardien de l’équipe la plus perméable du vieux continent. Avec 29 buts concédés en 13 titularisations cette saison en Ligue 1, Poussin a récolté une moyenne générale de 4,1/10 sur MPG. Un choix mercato pour ceux qui aiment gagner à la dure. Ou perdre.

(on ne pardonne toujours pas le clean sheet contre Lille en revanche.)

#3. La défaite avec la meilleure équipe

Réussir à se faire sortir en ayant une équipe qui aurait remporté 90% des autres confrontations, c’est précisément l’ADN FFL que nous recherchions. La palme de cette catégorie revient à « Pooyz », éliminé près du but en 1/32ème de finale avec une moyenne de 6/10, pourtant meilleure que celle de son adversaire Pépito. Avec cette équipe, Pooyz aurait gagné 28 des 31 autres matchs de ce tour. Vous avez dit seum ?

#4. La défaite frustrante

En cas d’égalité entre deux participants d’un tournoi MPG, la moyenne générale des joueurs tranche. Si cette moyenne est similaire chez les deux joueurs, il faut alors regarder du côté de la moyenne des attaquants, ce qui est plus rare. Et quand les attaquants ont la même moyenne des deux côtés ? Et bien c’est arrivé à 1 joueur sur les 14 000 du tournoi. Dans ce cas, c’est la moyenne des milieux de terrain qui tranche. Dommage Alex.

On ne veut pas faire les mauvaises langues, mais il faut avouer que le scénario colle parfaitement au maillot, surtout cette saison.

#5. La plus belle rouste, sans remplaçant ni blessé

Se prendre un score fleuve sur MPG, c’est facile. Il suffit pour cela d’aligner des joueurs très mal notés ou de n’avoir que des blessés. Ce qui est plus difficile, c’est de se prendre une rouste en ayant pourtant une équipe complète sur le terrain. Le joueur à qui revient cet honneur est Clément. C’est ça de prendre le passeur décisif le mieux payé du monde.

Mais Clément n’était pas tout seul. Pour conclure l’événement en beauté et célébrer le 62 000 buts encaissés, l’organisateur Allianz a décidé de reverser la somme de 5000€ à l’association Sport dans la ville. Une belle façon de rendre hommage aux 13998 perdants de ce tournoi.

À lire aussi :   Coupe du Monde | 1974-1978, le doublé FFL des Pays-Bas