Europa Conference League | Le coup d’envoi absolument parfait de l’Olympique de Marseille


La coupe d’Europe, quelque qu’elle soit, revêt d’un mantra qui est toujours d’actualité : l’importance des détails. Un niveau d’exigence supérieur aux championnats nationaux, une intensité décuplée et évidemment un droit à l’erreur moindre.

Et cela est d’autant plus vrai dès lors qu’on s’approche dangereusement d’une finale…

Publicité

La passe en retrait sécurité de Caleta Car

Bon, le premier détail, c’est nous qui le prenons en pleine tête. Tranquillement affalé avec la pizza sur le canapé, un petit tweet tout à fait innocent allait lancer les hostilités. Alors que Feyenoord avait profité des 2 gros loupés de Bamba Dieng, on se laisse aller à prendre le pouls chez nos amis Olympiens.

Littéralement 12 secondes après ce tweet teinté d’autosatisfaction coupable, Dieng reduit la marque. Et plus tard, Gerson remet les 2 équipes à 2 partout. Les Néerlandais sont un poil rafraîchis, et la mi-temps arrive à point nommé pour reprendre ses esprits.

Nul ne sera jamais quel fut le discours de Jorge Sampaoli dans les vestiaires, ou si Duje Caleta-Car était en train de scroller son feed instagram. Mais le coup d’envoi de la seconde période va nous offrir un spectacle exceptionnel de désinvolture et de panique inutile. 3 passes vers l’arrière pour arriver dans les panards de Caleta-Car. Le défenseur croate va nous offrir un mix de « plat du pied/efficacité et Passe en retrait/sécurité ». Une mollassonne passe en direction de Mandanda surpris par le choix de son défenseur qui était pressé par un unique gars,

Publicité

La suite, un Mandanda trop court pour rattraper la boulette et Cyriel Dessers, l’attaquant belge qui n’a plus qu’à pousser le ballon tranquillement dans le filet, prenant presque de court les 2 commentateurs. Un but encaissé en 8 secondes chrono. À titre de comparaison, le 3e but de Benzema contre Paris avait été marqué après 9 secondes seulement. Un nouveau titre pour les Marseillais.

À lire aussi :   Coupe du Monde | Le calice jusqu'à l'Australie