Trophée des Champions – OM | Le PSG au bout de l’ennui


PSG - OM

Encore perturbé par l’année 2020, le football français porte toujours ses stigmates. Pour preuve, qui aurait cru que le Trophée des Champions se joue en janvier. Et qui plus est au Stade Félix-Bollaert de Lens. Mais ce n’est rien comparé au spectacle proposé sur le terrain. À l’heure où les droits TV de la Ligue 1 font couler beaucoup d’encre, le PSG et l’OM n’ont rien arrangé. Retour sur ce 99e Classico des plus ronflants…

Le PSG et l’OM s’étaient quittés sur une boucherie sans nom en septembre dernier. Ce n’était que la 3e journée du championnat, et pourtant il s’agissait déjà du match de la saison. Après avoir ouvert le score sur leur premier tir cadré de la partie, les marseillais ont résisté et mis fin à neuf années de disette face au PSG : 3 nuls et 17 défaites.

Publicité

Mais au coup de sifflet final, le score est vite passé au second plan. Le Parc des Princes s’est transformé en MGM Grand Garden Arena de Las Vegas. Uppercuts, crochets, jabs, droites. Tout y était. Kurzawa, Paredes, Neymar, Amavi, Benedetto expulsés. Cela a failli se finir en five cette histoire. Petit florilège.


Publicité

Si pour vous le coup d’envoi du Classico a eu lieu ce soir, pour Villas-Boas il a débuté lundi après-midi.

« L’OM ne gagne pas de titre depuis que le PSG a changé la face du football français. Ce n’est pas la faute de l’OM, c’est la réalité du championnat le plus déséquilibré au monde » A. Villas-Boas

 

De son côté, Nemanja Radonjic met de l’huile, du vinaigre et de la sauce salade sur le feu.

« Nous y allons pour jouer, gagner et montrer de quoi on est capable » N. Radonjic

Aussi à l’aise en conférence de presse qu’avec ses pieds.

Le résumé du match

Sous une pluie lensoise diluvienne, il faut attendre la 10e minute de jeu pour voir un tir dangereux. Sur un corner joué à deux, Rongier décale Kamara tout seul à l’entrée de la surface. Drop. 3 points pour l’OM. La réponse parisienne ne se fait pas attendre. Pour une fois pas occupé à distribuer des taquets au milieu de terrain, Paredes délivre un caviar entre les lignes pour Mbappé. Le français la remet sur Icardi qui pousse le ballon au fond des filets. Hors-jeu. Cinq minutes plus tard, Mbappé est lancé en profondeur et parvient à tromper Mandanda sur une frappe au premier poteau. Hors-jeu.

Dans le même genre de Lose :   Quiz Football | Les effectifs de Liverpool - Milan AC en 2005

Le PSG ne se décourage pas. Sur un centre lointain de Di Maria, Icardi prolonge de la tête. Mais l’argentin se heurte à la main presque ferme de Mandanda. Le ballon rebondit sur le poteau et revient dans ses pieds. Le 3e but parisien est le bon.

Le PSG nous évite les tirs aux buts, merci…

Villas-Boas a déclaré en conférence de presse qu’il y avait un milliard et demi de différences d’investissement entre l’OM et le PSG. 1 milliard et demi de différences techniques et tactiques pourrait-on rajouter. Nous en avons vu des purges, mais celle-là…

 

À l’heure de jeu, AVB remplace le CR7 serbe par son avant-centre Dario Benedetto. Mais c’est sans compter la crise traversée par l’argentin ces dernières semaines. Ce qui donne un ratio plus faible que… Kostas Mitroglou sous le maillot de l’OM. Un autre sud-américain fait également son entrée : Neymar. Le brésilien touche son premier ballon, se faufile entre deux joueurs et fait ses retrouvailles avec Alvaro. Non pas par une empoignade, mais un bon vieux kick en travers du corps. Welcome back Ney.

Il ne reste plus qu’un quart d’heure à jouer. Flotov’ mène la révolte côté marseillais en adressant un centre en retrait en direction de Rongier. Spécialiste des frappes dévissées, l’ex-nantais ne s’enflamme pas et continue de faire ce qu’il fait de mieux. Une jolie frappe de la malléole. Un regret directement sanctionné derrière. Parti seul en profondeur, Icardi s’en va défier Pelé. L’Albatros sort les deux genoux en avant. Monsieur Buquet a quand même eu besoin de la VAR pour siffler le pénalty. Neymar s’en charge. Le sort est le même que si El Fénoméno Mandanda se trouvait dans les cages. 2-0.

À deux minutes du terme, Dim’ Payet réduit la marque d’une reprise du plat du pied imparable pour Navas. Et si… Mais si rien du tout. Le PSG s’impose 2-1 et remporte le Trophée des Champions. L’OM n’a plus gagné la moindre breloque depuis 2012.

Ah non, c’était oublier trop vite l’immense EA Ligue 1 Games. Honte à nous.