Portugal – EDF | La France portée par un Martial on fire !


Si mercredi soir la Finlande s’est révélée aux yeux du monde entier comme une terre de football et pas seulement de Mölkky, l’Équipe de France n’y est pas pour rien. Seulement trois jours plus tard, les Bleus ont livré une performance plus convaincante. Portés par un Martial de gala, et un Rui Patricio des grands soirs. Retour sur cette finale du groupe C. Cette fois gagnée par les français contre la Seleção.

Il y a trois jours, l’Équipe de France s’est inclinée 2 buts à 0 face à la Finlande. Célébrant ainsi à merveille la commémoration de l’Armistice du 11 Novembre 1918. Les Bleus n’avaient jamais perdu dans toute leur histoire face à la Finlande. 116 ans d’histoire tout de même. Autant dire que les joueurs présents sur la pelouse ont frappé fort mercredi soir. Circonstance atténuante, les Bleus étaient opposés à l’équipe B de la 55e nation du classement mondial de la FIFA. Ce qui explique sans doute leur première défaite à domicile depuis mars 2018. Même si dans un premier temps, la FFF a semblé ne pas l’accepter.

Publicité


Encore mieux, la France n’avait plus perdu au Stade de France depuis mars 2010. Deux buts finlandais en trois minutes. Un réalisme digne d’une équipe entraînée par Didier Deschamps. Ironie de l’histoire.

Si l’excuse du match amical pouvait tenir contre les Scandinaves, la rencontre de ce soir comptait pour la Ligue des Nations. Et qui plus est face aux Champions d’Europe en titre. Nous ayant battu à domicile. En finale. Et nous recevant dans leur antre. L’Estadio da Lose.

Publicité

Le résumé du match

Le début du match est à l’avantage des français. Au bout de dix minutes de jeu, Grizou sert Martial dans la profondeur. Seul face à Rui Patricio, l’attaquant des Red Devils rate son premier duel de la rencontre. Ce qui annonce une douce et longue soirée en perspective. Quelques minutes plus tard, Griezmann, encore lui à la baguette, trouve au second poteau Varane sur un coup-franc. Le défenseur madrilène, néo-spécialiste des csc en tout genre, renvoie le ballon sur Rabiot qui tente une retournée. Celle-ci aurait fini en touche si ce diable de Martial n’y avait pas placé sa tête. À 80 cm du but, Anthony parvient à garder son sang-froid et trouve la barre transversale. Le geste du buteur.

Dans le même genre de Lose :   Quiz Football | Le PSG avant le Qatar

40e minute. On prend les mêmes et on recommence. L’infatigable Grizou décale Lucas Hernandez sur le couloir gauche. Habitué aux tacles de boucher-charcutier, le défenseur du Bayern adresse cette fois-ci un centre millimétré toujours pour ce même Martial. Et pour la troisième fois, il reste focus et parvient à ne pas trouver le chemin des filets. Véritablement le meilleur portugais de la soirée.

 

La chatte à DD a encore frappé

À la suite d’un mouvement sur l’axe gauche de la surface portugaise, Rabiot parvient à armer une frappe croisée du gauche. Mais la plus grosse lose de la soirée est à mettre au profit d’un portugais. La main molle de Rui Patricio trompe la vigilance de la Seleção. Mais pas celle de Kanté qui suit. 1-0. Fichtre. Peu après, Rabiot trouve Pogba sur un centre dans la surface. La « Pioche » réalise une tête avec son nez. Original. Dans les gants de Rui Patricio. Qu’il saisit cette fois.

Définitivement plus inspirés que leurs adversaires du soir, les portugais continuent de défaillir action après action. Sur un centre de Bernardo Silva, Fonte parvient à ajuster une tête puissante contrairement à Pogba. Mais le ballon vient heurter le poteau. Rageant. La fin du match reproduit le schéma préférentiel de DD. Une attaque – défense qui ne perturbe pas les français. Et qui leur permet de s’imposer au Portugal, en prenant au passage la tête du groupe.

La chatte à DD accompagnera-t-elle l’Équipe de France pour le Final Four ?