newsletter FFL

Open d’Australie | Les étoiles FFL des Français au Troisième Tour.


Alizé, tournant le dos à la FFL. PHOTO PATRICK HAMILTON - Photo by Icon sport

L’incompréhension règne dans les rangs de la fédération. Traditionnellement, ces étoiles du troisième tour sont les dernières, et on peut, à la suite de la rédaction de celles-ci, partir en week-end tranquillou bilou. Mais là, c’est la bérézina. On aurait pu se préparer au huitième de Monfils, certes, après le Djokogate et son titre au tournoi d’Adélaïde. Mais le reste de la clique de la seconde semaine, qui aurait mis ici ne serait-ce qu’un petit pourcent de son livret A ? Adrian Mannarino, l’homme qui ne connaît pas ses adversaires, et Alizé Cornet. Quelle disgrâce. En espérant que notre communiqué produise son effet.

Garcia / Mladenovic

La tradition médiatique française dans les Grands Chelems est de parler abondamment du double lorsque, très rapidement, absolument toutes les miettes d’espoirs en simples hommes et femmes ont été aspirées. A la FFL, nous allons bien évidemment prendre le contrepied et mettre en exergue une défaite dont vous n’avez probablement pas entendu parler, celle de la doublette Garcia Mladenovic. De retour ensemble après des relations tumultueuses, elles ont perdu au second tour face à la paire Kudermetova / Mertens. On ne pensait jamais dire cela un jour, mais il est temps de s’intéresser un peu plus aux doubles.

Publicité

Benoît Paire

Pour accéder à sa première deuxième semaine depuis Roland-Garros 2019, Benoît avait face à lui un défi énorme : battre Tsitsipas. Pour ne pas le faire, il se met tout de suite en condition avec 2 doubles dans son premier jeu de service. On pense alors avoir tous les ingrédients d’un retour aux sources pour l’Avignonnais. Rien du tout, s’il fait des erreurs cruciales à certains mauvais moments, pas de jurons, même pas un petit jet de raquette. Irréprochable dans l’attitude, il va même aller gagner un set – au tie-break ! Et si c’était l’année des bonnes résolutions ?

Gael Monfils

S’il y a un mois, on nous avait dit que Gaël roulerait sur ses 3 premiers matchs avant d’affronter un Serbe, on aurait signé et on se serait recouché immédiatement. Problème, c’est Miomir Kecmanović qui se dresse face à lui, pas Novak Djokovic. Du coup, on panique un peu là.

Adrian Mannarino

De toutes les trahisons de ce mois de janvier, s’il y en a bien une sur laquelle on ne pensait vraiment pas devoir écrire un paragraphe en ce sinistre week-end. Hier, ce fut un marathon pour lui, pour Karatsev, mais aussi pour nous. 278 minutes de souffrance intenses où nous ne sentions pas le Français faiblir, quand le regard du Russe se troublait petit à petit. Un monde parallèle, sorte de Metavers tennistique où tous nos idéaux étaient en ruine. Heureusement, au prochain tour se dresse Nadal face à lui. Mais ça, Adrian ne le sait pas.

Alizé Cornet

Pour ses 32 ans, Alizé s’est offert un gâteau d’anniversaire indigeste à la FFL. Alors qu’elle était menée 6-4, 4-1, on était partis se recoucher, fiers de la rédemption. Quelle ne fut pas notre surprise quand on se réveille avec une qualification de la Niçoise. Nos repères sont effondrés. Il y aura 2 Français et une Française en seconde semaine de l’Open d’Australie. Soit 3 de plus que les 4 Grands Chelems de l’année passée. Quelle indignité.

Publicité