Ligue des Champions – PSG | Cauchemar au Théâtre des Rêves !


Le football mondial est orphelin. Mais pas pour la raison que vous pensez. Hier, les marseillais ont tiré un trait sur leur série de défaites, désormais entrée dans la légende. Dans l’ombre de leur frère ennemi, le PSG se devait de réagir. Et de sceller une fois pour toute leur hégémonie dans la lose hexagonale. Face à Manchester United, les antécédents avaient pourtant tout pour nous faire vivre à nouveau une soirée d’anthologie. Mais décidément, le football français nous martyrise depuis hier. Foutue année 2020.

6 mars 2019. 20 octobre 2020. Deux débâcles, deux craquages. Tous signés Rashford. C’est en toute logique que l’adage ‘jamais deux sans trois’ résonne dans notre tête. Et si les parisiens nous faisaient rêver à l’approche de Noël ? Et quel meilleur endroit que le Théâtre des Rêves pour cela. Le contexte est en tout cas en leur faveur. En pleine crise d’automne, le Paris Saint-Germain aborde ce déplacement à Manchester comme une première finale. La survie en C1 passe par une victoire quasi obligatoire. Et face à cette enjeu immense, Tuchel a décidé de ne pas rajouter de la pression inutile sur ses joueurs.

Publicité

« On a besoin des buts de Kylian et d’une grande performance de sa part » T. Tuchel

« On veut et on se doit de gagner, c’est une finale pour nous » T. Tuchel

Et une finale au PSG ça ne se gagne pas, ça se joue.

Le résumé du match du PSG

L’appel du pied de Tuchel devant la presse a porté ses fruits. Alors qu’on ne joue même pas depuis deux minutes, Neymar se touche déjà le genou en grimaçant. Le PSG en Ligue des Champions, c’est le remake de Edge of Tomorrow chaque année. Mais le brésilien, tel un magicien, cache bien son jeu. À la suite d’une frappe déviée de Mbappé, Neymar anticipe et trouve le petit filet opposé d’une reprise écrasée. Les parisiens nous avaient habitués à mieux.

Vingtième minute. Fred envoie un coup de tête à la Evander Holyfield. Paredes s’écroule comme une fleur. Mais l’arbitre a un doute. S’en suit dès lors une chasse au trésor pour trouver la Var. Après avoir parcouru le terrain de long en large, monsieur Orsato trouve enfin le précieux sésame. Mais donne seulement un jaune à Fred. Aussi cohérent que la main de Rafinha sifflée hier pour l’OM.

 

Publicité


Paris recommence à subir comme à son habitude. Martial slalome la défense parisienne, tente une frappe que Navas parvient à détourner (dans un premier temps). Car le ballon revient sur Rashford. Marcus revêt une nouvelle fois le costume de pompier de service. Comme toujours, l’anglais attend sagement à l’angle droit de la surface. Et comme toujours, il est absolument seul. Il arme une frappe toute pourrie, qui est fort heureusement déviée juste ce qu’il faut par Danilo. Navas est pris à contre-pied. Poteau rentrant. We love this game.

Dans le même genre de Lose :   Football - Le classement FFL des plus beaux CSC

 

Martial, 12e homme du PSG

Juste après la pause, les mancuniens déstabilisent la défense francilienne en trois passes. Talonnade de Fred pour Rashford, qui délivre un caviar pour Martial. À défaut d’être muni de sang-froid, Anthony se rappelle que celui qui coule dans ses veines est bel et bien français. Ce qui lui permet de louper le cadre alors qu’il avait le but vide à moins de 2 mètres. Gênant.

Sur une contre-attaque, Martial envoie Cavani en profondeur. À l’instar de Falcao face à Manchester City, l’uruguayen tente un piquet sur un Navas avancé. Mais c’est la barre qui vient repousser sa tentative. On pourrait croire que la défense parisienne serait la première sur le ballon. Que nenni. Bruno Fernandes décale Martial, seul au point de pénalty. Mais Martial fait encore son « Anthony », et trouve la cuisse de Marquinhos. Un récital.

 

Les défenseurs plus réalistes que les attaquants

À tous les amateurs de snooker, ce qui suit est pour vous. Sur un corner de Neymar, le ballon revient à l’entrée de la surface sur Florenzi, qui s’essaye à la frappe. Comme Rongier hier, sa reprise est totalement foirée mais se transforme en galette pour Diallo. Le coup de billard n’est toujours pas fini. Le défenseur parisien réalise la déviation de sa vie en direction de Marquinhos. Le capitaine se jette et passe le ballon sous la rotule de De Gea. Ce sont bien trois défenseurs qui se sont créés le but. La patte Tuchel.

Sur le coup d’envoi suivant, Fred touche pour la première fois de la partie le ballon. Mais se fait finalement exclure. 50 minutes après son coup de boule. Si quelqu’un y comprend quelque chose on est preneur.

 


On joue les dernières minutes. Les joueurs du PSG n’ont plus qu’à éviter des plots rouges pour se présenter devant De Gea. Rafinha trouve Neymar en retrait. 3-1. Les parisiens sont en tête du groupe. Alors qu’ils jouaient leur survie dans la compétition. Dur à avaler.

La date : 11 décembre 2019

Il s’agit du dernier but de Kylian Mbappé en Ligue des Champions. Soit une disette sur ses huit derniers matchs disputés en C1. La comparaison est cruelle avec Giroud.