JO 2004-2008-2012 | Matthew Emmons, le King du tir mondial


Matthew Emmons

L’histoire que nous allons vous conter dépasse l’entendement, repousse les limites de la Nature, renvoie les devins à leurs providences. Car rien ni personne ne pouvait prédire le destin d’un banal gars du New Jersey, qui répondait au nom de Matthew Emmons. C’est l’histoire d’un homme davantage connu pour l’or olympique qui lui a filé entre les doigts plutôt que ses sacres. En totale cohérence avec nos valeurs.

A première vue, on pourrait dire que Matthew Emmons est l’un des plus grands tireurs de l’histoire du tir américain. Du haut de ses trois médailles olympiques (or, argent et bronze), et deux aux Mondiaux (or et bronze), il est difficile de prendre son exemple pour illustrer la lose internationale. Pourtant, en y regardant de plus près, il devient difficile de trouver un autre modèle que Matthew. Car la vérité est que le tireur américain avait largement le potentiel de rafler trois titres olympiques consécutifs. Ce qui donne une toute autre perspective de ses résultats.

Publicité

JO 2004 : des débuts catastrophiques, quand soudain…

Athènes, 2004. Les Jeux olympiques reviennent dans leur berceau. Pour l’occasion, un Américain peu connu va percer la bulle de la célébrité ; Matthew Emmons. Lors de l’épreuve à la carabine 10 m couché, Matthew croit voir son rêve s’envoler. En effet, l’Américain rencontre des soucis techniques avec son arme, et se voit contraint de prendre celle d’un coéquipier. Cet effet de panique sublime toutefois Emmons ; le natif du New Jersey rafle la médaille d’or contre toute attente. Et non sans un brin de taquinerie.

« Je n’ai jamais découvert qui était le saboteur, mais j’aimerais le savoir pour pouvoir lui serrer la main et le remercier » M. Emmons

Mais sa légende s’écrit véritablement lors de l’épreuve suivante sur le 50 m carabine 3 positions. Très vite, Emmons prend le large au classement, et compte 3 points d’avance sur le 2e avant le dernier tir. La médaille d’or tend les bras à l’Américain, mais ce dernier nous offre sur un plateau son premier chef-d’œuvre olympique ; il se trompe de cible et inscrit la bagatelle de 0 point. Il passe de la 1ère à la 8e position en l’espace d’un seul tir. Une prouesse tout bonnement remarquable. Le Chinois Jia Zhanbo remporte l’or olympique, mais la star est américaine.

JO 2008 : Emmons au sommet de son art

Direction Pékin. Après avoir décroché la médaille d’argent sur le 50 m couché, Matthew Emmons lutte contre ses démons, et tente à nouveau l’épreuve du 50 m carabine 3 positions. Comme à Athènes, l’Américain est en tête avant le dernier tir. Cette fois, il possède 4 points d’avance sur le second. Un maigre score de 6,7 points lui suffirait pour décrocher l’or olympique qui lui manque sur cette discipline. Une formalité pour lui.

Mais encore une fois, Matthew nous fait du Emmons. Alors qu’il se présente sur le terrain de tir, le natif du New Jersey appuie sans faire exprès sur la gâchette alors qu’il est en train de viser. L’impossible devient réel ; Emmons inscrit 4,4 points sur ce tir, et termine 4e du concours. Une nouvelle fois, un Chinois profite du cadeau de Matthew ; Qiu Jian devient champion olympique. Mais c’est Emmons la véritable star en Chine.

Publicité

« Je suis peut-être plus célèbre en Chine qu’aux États-Unis » M. Emmons

Il ne faut pas être cardiaque avec Matthew Emmons

JO 2012 : la passe de trois

Autant vous dire qu’aux JO de Londres, Matthew Emmons n’a qu’un seul objectif ; remporter (enfin) la médaille d’or sur 50 m carabine 3 positions. L’Américain parvient à se qualifier pour une 3e finale olympique consécutive dans cette épreuve. Il ne reste plus qu’un tir, et devinez quoi ? Emmons pointe une nouvelle fois en tête du classement. Ses souvenirs des JO 2004 et 2008 traversent à coup sûr son esprit. Et comme on dit souvent dans le sport de haut niveau ; on ne change pas une équipe qui perd. Le tireur américain inscrit donc 7,6 points sur sa dernière tentative, ce qui lui permet de rater la médaille d’or pour la 3e fois d’affilée. C’est finalement le bronze qui termine autour de son cou. Soulagés.

« Ces échecs, ces mésaventures, les choses que j’ai apprises au cours de ces expériences ont rendu ma vie et ma carrière sportive tellement plus riches, tellement plus satisfaisantes que tout ce que j’aurais pu faire si j’avais gagné ces médailles. » M. Emmons

Nous ne pouvons que valider cet état d’esprit, Matthew.

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Matt Emmons (@mattemmonsusa)

Tom