NBA | Les Detroit Pistons entrent dans l’histoire du basket


Dans les sports US bourrés de statistiques, les records en tout genre sont une denrée commune. Mais, bien souvent trop complexes, ces records perdent de leurs saveurs au fil du temps. Qui en a quelque chose à faire que tel joueur devienne le premier à inscrire 40 points, 7 assists et 5 rebonds un jour pair de phase lunaire descendante à -10° Fahrenheit? Les Detroit Pistons, eux, ne sont pas de ce genre-là. Leurs records sont simples et efficaces. Et c’est ça qu’on aime.

L’été de tous les records

La belle histoire commence le 1er juin en réalité. Les Pistons viennent de virer leur coach Dwayne Casey et cherchent un remplaçant. Ils tentent de faire venir Monty Williams, tout juste débarqué des Suns, mais ce dernier à la flemme. Il dit vouloir prendre une année sabbatique pour s’occuper de sa famille. Mais le propriétaire des Pistons, Tom Gores, est du genre businessman entrepreneur à faire des podcasts inspirants. I don’t take no for an answer, s’est-il dit pendant sa morning routine accompagnée de son large caffe macchiato caramel.

Il est donc revenu avec une offre qu’on ne peut pas refuser. Celle de devenir le coach le mieux payé de l’histoire de la NBA. 80 millions de dollars sur 6 ans qui peuvent monter à 100 sur 8 ans. Le repos attendra pour Monty, qui signe immédiatement pour passer de coach d’une équipe finaliste NBA à coach d’une équipe en reconstruction.

Et pourtant, tout ne partait pas si mal pour les Pistons

Sur le papier, soyons honnêtes, les Pistons n’ont pas le pire effectif de la Ligue. Le numéro 1 de la draft 2021 Cade Cunningham, des jeunes prometteurs comme Jaden Ivey, Jalen Duren ou encore le rookie Ausar Thompson, le tout entouré par le vétéran Bojan Bogdanovic. Il y a même un joueur qui a été pris à la place de Luka Doncic: Marvin Bagley. Bon oui, ok celle-là c’est juste pour faire rager les fans des Kings qui passent par là.

À lire aussi :   Supercoupe Turquie | Galatasaray opposé en finale... à ses remplaçants

D’ailleurs, ça ne part pas si mal pour les joueurs du Michigan. Deux larges victoires en 3 matchs contre Charlotte et Chicago. Mais lors de cette dernière, le 29 octobre, ce qu’ils ne savent pas, c’est que ça sera la dernière avant longtemps. Très très longtemps. Nous sommes le 27 décembre, et 27 matchs plus tard, ce sont 27 défaites qui se sont empilées.

Et pourtant, hier soir, l’espoir était de mise pour les supporters. Brooklyn n’est pas l’équipe la plus redoutable de la NBA. Cunningham marque 41 pions. Mais tout cela ne servira finalement à rien. Les supporters chantent “Sell the team” à chaque match à domicile.

 

Le contrat record de Monty Williams a abouti à un autre record pour les Pistons, bien plus glorieux celui là : celui de la pire série de l’histoire de la NBA.

Les Philadelphia Sixers et les Cleveland Cavaliers avaient échoué à 26 revers de rang, avec des effectifs bien plus immondes que celui-ci. Mais il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin pour les joueurs de Detroit. Les Sixers avaient réussi 28 défaites de rang à cheval sur deux saisons. Vendredi soir, contre les Celtics, ils n’auront probablement pas besoin de ne pas forcer leur talent pour y arriver.

Et ensuite, il y aura Toronto, pour enfin être seul sur le trône et arriver en 2024 avec ce record, pour l’éternité.

Antoine